La sale tronche de l’emploi

Lectures :3791

Il fallait être motivé et veiller tard pour aller au bout du reportage de Didier Cros , diffusé le 6 octobre sur France  2 , à 23h30.

Deux jours d’immersion dans les bas-fonds du recrutement  pour saisir l’abject, la sinistre farce « humaine » où des candidats se mettent à nu devant jury pour tenter de se faire recruter pour un job dont ils ne connaissent même pas la nature et qui, au final, s’avère être un boulot de smicard, et pire… un boulot de m****.

Ce qui ne manque pas d’étonner, c’est que l’entreprise, l’assureur GAN en l’occurrence, ainsi que le cabinet RST Conseil, aient accepté l’intrusion des caméras dans ce cloaque innommable, un exemple à ne pas suivre de ce qui se fait de pire en matière de recrutement.

Une attitude qui en dit long sur le degré d’humanisme de ces gens et, au fond, de bêtise, puisque ces derniers prévoyaient naïvement de tirer bénéfice de la publicité donnée à leurs méthodes de recrutement.

Celle-ci est directement inspirée de techniques utilisées dans l’armée américaine, et donc dévoyée dans sa finalité.

Une succession de jeux de rôle, d’exercices de mise sous pression, qui ont pour but de fissurer la carapace du postulant, voire de le casser pour s’assurer qu’il sera prêt à se sacrifier pour ce qu’on voudra bien lui donner à faire ensuite.

En fait, une succession de petites humiliations, de perversions, au final des pratiques qui pourraient bien tomber sous le coup de la loi, si le législateur se donnait la peine d’y fourrer son nez.

Ici, les vertus du candidat ne sont que des obstacles. C’est la docilité qui est recherchée, l’individualisme, l’esprit de sacrifice pour vendre, vendre, et encore vendre… des produits d’assurance.

Des candidats que l’on perçoit passablement minés par de longs jours de recherche infructueuse, au point d’accepter de ne connaître l’objet de leur long supplice qu’au terme des deux jours.

Le plus inquiétant, c’est que l’on puisse accepter de part et d’autre de se livrer à une telle mise en scène malsaine. Comment l’entreprise peut-elle espérer fidéliser ensuite ?

Mais peut-être est-ce le but recherché… presser le citron pour accélérer le turn over. Vendre est souvent un boulot de chien.

J’avoue que j’ai souffert pour les candidats tout au long de l’émission et j’ai eu bien du mal à trouver le sommeil ensuite.

Tout le monde devrait voir ce reportage pour qu’une prise de conscience se fasse, d’autant que le réalisateur Didier Cros avoue avoir trouvé pires méthodes que celles montrées dans son film.

En effet, il est grand temps que tout cela cesse…

Notifier de
D. Furtif
D. Furtif

Encore une fois Yohan nous sort un truc implacable
================
Sans avoir vu le document video
Ce que tu nous dis de ces séances fait froid dans le dos;
Cette batterie d’épreuves est-elle bien légale.
D’autre part le droit à l’image est-il caduc en matière de recherche d’emploi.
J’avais eu à le rappeler dans mon secteur d’activité
==================
Peut-on voir ce document sans être obligé de charger un logiciel?

Causette
Causette

Bonjour Yohan, à tous

La cravate Hervé c’est une prescription médicale?

Tout ce cinéma des recruteurs pour un salaire de misère, c’est écoeurant!

maxim
maxim

Et quand les recruteurs qui ne sont que des salariés se retrouveront un jour sans boulot et obligés de repasser par la case départ, subir ce qu’ils font subir aux postulants ?….

Marco
Marco

Je n’ai pas vu ce reportage.

J’ai vu la différence entre le recrutement Français et Étranger !!
en France c’est en first les RH et ensuite le responsable du service ou tu es censé bosser,( si tu passe au second tout ) et à chaque fois répéter la même chose ( en gros de ton premier biberon à ta dernière crotte )
Boite étrangère , direct dans le vif, pas tout ton parcourt ,juste faire le point des compétences qui vont te faire ou non avoir le poste.

Le recrutement en France est devenu un vrai business, il y a une montagne d € à ce faire pour des cabinets plus ou moins compétent.

Je bosse pour une cie Étrangère, et je n’ai eu qu’un seul rendez vous avec la réponse dans la journée.
Pour cela je pense qu’il y a plus de réflexion en amont avant la réception du postulant.
Les entreprises RH en France donnent plus dans la quantitatif que dans le qualitatif des profils qu’ils présentent.
Mon frère travail dans un service RH et coute que coute , même avec des profils inadaptés il faut présenter au moins 5 postulants.

Lapa
Lapa

je ne peux que plussoyer. Mon frère a cherché du boulot (ingénieur hautement spécialisé + 3ème cycle) en France. Il allait de RDV en RDV. Pour une grosse boîte que je ne nommerai pas, il en était à son 5ème RDV. Il a tout envoyé bouler et a postulé dans le même groupe mais dans un autre pays. Il a été pris en une demi journée. Il s’est bien foutu de la gueule de ses ex futurs responsables potentiels. Depuis il reste à l’étranger. Là bas ce qu’on demande ce sont les compétences. En France c’est le diplôme, l’expérience, la recommandation qui va bien d’un ami du recruteur et le devoir de fermer sa gueule. Certes, il peut se faire virer facilement sous 15 jours; mais on met pas 6 mois à le faire mariner pour voir si on peut éventuellement l’embaucher pour un poste urgent d’il y a un an.

maxim
maxim

J’ai visionné la vidéo en tranches, je viens de voir la dernière partie ….donc un seul candidat reste dans l’entreprise pour 1700 € de salaire mensuel ….

tout ça pour ça! en gros 10000 balles par mois!donc le même salaire net que je donnais en 1980 à un monteur-chauffagiste OHQ! et encore fournissais la bagnole de service sans compter les primes diverses en usage dans la profession.

Castor
Castor

Ces méthodes sont le pire de ce qui existe.
Je suis passé par-là, le plus souvent, j’ai envoyé chier le bouzin tellement ça me révoltait.
Entre la chaise bancale qu’on te refile pour voir si tu vas rechigner ou te soumettre et les parfaites têtes de con qui te soumettent à la question, merci, mais on voit se révéler le pire de l’âme humaine dans ces situations.
Ça me fait penser aux bizutages. Sur le moment, on en chie grave, on trouve ça révoltant et inhumain, mais dès qu’on passe de l’autre côté, on trouve tout un tas de justifications, dont celle de reproduire un schéma (idem, certainement, pour les enfants battus…).
S’il fallait revoir le Code du travail, ce serait par-là qu’il conviendrait de commencer…

Castor
Castor

Je me permets d’ajouter (sans malice aucune, c’est pas mon genre) que je suis de droite. :mrgreen:

Marco
Marco

Castor la connerie n’a ni partie ni couleur

Castor
Castor

Marco,
entièrement d’accord, je faisais juste une allusion (maléfique) à l’un de mes derniers posts sur la confiscation par le PS des principes sociaux.
Je suis taquin et je l’assume.

Aria
Aria

Le problème ne tient pas aux recruteurs mais bien aux entreprises françaises qui sont sans doute parmi les plus ringardes en Europe. Des patrons qui pleurent sans cesse sur leurs charges mais qui touchent des aides sous formes d’emploi aidés, de subventions, de défiscalisations et qui n’investissent pas mais spéculent.
Des patrons qui ne savent que faire de leur fric autrement que du bling bling et n’ont strictement aucun souci du bien commun.
Les gens qui ne font pas partie de l’élite n’ont pratiquement aucune chance de faire une carrière dans leur entreprise. Aucune chance n’est donnée aux jeunes s’ils ne sortent pas de la cuisse de Jupiter, soit les grandes écoles.

Je vois mes enfants chercher du boulot -ailleurs car ils en ont-, ils ont de bons diplômes (ni Hec, X ou ENA), une expérience professionnelle,ne sont pas les plus mal lotis mais ne rêvent que d’aller travailler à l’étranger, ce qu’ils ont déjà fait en CDD avec une satisfaction professionnelle incomparable à ce qu’ils trouvent en France.

Je pense pis que pendre des patrons français, ces « moi d’abord ».

Buster
Buster

😯

Dans le genre généralisation, il y a aussi le fameux : « les fonctionnaires sont tous des fainéants »

D. Furtif
D. Furtif

Heuuueu c’est pas que je boude ….hein…
ça m’intéresse , mais c’est un monde que je ne connais pas beaucoup,
Alors j’apprends 😉

DDD

D. Furtif
D. Furtif

Non je ne regarde pas le foot, y a Furtive qui veut Shirley et Dino alors……………. 😥

Lech
Lech

Vu, merci Yohan pour ce partage.

Moi ce qui me choque le plus dans ce recrutement, en plus de tout ce qui a déjà été dit, c’est que l’emploi proposé ne donne aucune perspective de carrière, et d’ailleurs les recruteurs ne s’en cachent pas, on le voit très bien lors de l’entretien du cinquantenaire (Hervé ?), qui recherche plus un poste de manager, et qui pose même la question de son avenir dans la boite.

Il est prêt à accepter ce poste avec l’espoir de pouvoir monter en grade à court ou moyen terme.

Alors que la boite est prête à embaucher quelqu’un même pour 6 mois ou un an seulement, elle cherche de la chair à canon un point c’est tout. Mais de la chair à canon qui rapporte des contrats.

C’est bien triste comme reportage.

Marco
Marco

Exact Lech ,
Les Français mise sur le court et moyen terme et te demandent en entretien , comment tu te vois chez eux dans 5 ou 10 ans , c’est une aberration.
Je rejoint Yohan , sur le fait que dans une boite étrangère tu es de suite dans le dur , ne serai ce que pour tester tes acquis, je me rappelle de mon premier vol dans la cie, des débordements de palette de tous les cotés un vrai légo !!
la petite phrase du Handling Advisor : loading start in an hour have fun !!!

Et pour répondre à Aria , le problème est aussi que les boites Française ont pris pour habitude de déléguer leurs recrutements à des généralistes, intérim ou cabinet de recrutement, et que bien souvent les profils présentés ne sont absolument pas en adéquation avec la demande!!

D. Furtif
D. Furtif

Alors une question à Yohan et à tous ceux qui voudront bien répondre.
Ce gâchis d’hommes et de compétences rapporte à qui ❓
Et à quoi tient que ce procédé rapporte.

Causette
Causette

Bonjour à tous

Vous aurez remarqué dans ce reportage de Didier Cros, qu’il n’y a qu’une seule femme de retenue pour passer les exercices(débiles) de recrutement. Et puis, comme dans la majorité des embauches, les candidats qui ont plus de 40 ans n’avaient aucune chance d’être retenus, c’est encore plus vrai pour les femmes.

D. Furtif
D. Furtif

Bonjour Yohan ce n’était pas ma question
L’entreprise y gagne-t-elle oui ou non?
Si elle y gagne. Ce gain est-il identifiable ? Est-il quantifiable?
.
Soyons réalistes et sérieux si elle n’y gagne pas elle y perd.
.
Même question , identifiable et quantifiable???????

ranta
ranta

J’ai regardé la vidéo, c’est long mais passionnant.

Et que voit-on ? Des candidats qui à l’exception de deux qui se tirent et d’un qui se l’a joue désinvolte tous pourraient être de l’autre côté de la table. Le Gan aura perdu son pognon si aucun des deux retenus ne vient . Même pas, cela aura juste permis à la tripoter de sales cons de recruteurs de pseudo-justifier leur travail.

Rahâââââââ, ça me rappelle le bon temps, lorsque que jeune con ne rentrant pas dans les canons- marié, père de famille, crédit de la maison sur le dos, dents à rayer le parquet – de la boite où j’étais je pourrissais systématiquement toute les réunions : faut dire aussi que d’accepter que le nippons lorsqu’ils sont en grève continuent de bosser mais mette un brassard pour manifester leur grève et QUE C’EST VERS CA QUE DOIT TENDRE L’ENTREPRISE IDEALE…. Les conneries de cercles de qualit, ou alors, mes glands de collègues qui avaient tous un attaché case à code avec un crayon à papier et une gomme dedans… je trouvais ça tellement ridicule qu’un jour j’ai pris un carton de frite pour en faire mon attaché case.

Marco
Marco

j’ai eu un jour aussi la réflexion suivante : vous ne portez pas de cravate?
en fait je déteste ça et je respire mal!
ma réponse du tac au tac : dans le camembert , le meilleur n’est pas la boite.

Dans le cas ou tu es en contact permanent avec les clients de l’entreprise que tu sois bien sapé ok , mais la cravate aujourd’hui pfff c’est un peu out non??

enfin moi aujourd’hui je bosse en jeans alors les codes vestimentaire!!!

Causette
Causette

j’ai eu comme collègue un dessinateur (célèbre) habillé comme l’as de pique et en charentaises :mrgreen:

Je me souviens de mon embauche « éclair » dans un des services d’une grosse boite d’éditions. Après 5/10 minutes d’entretien avec le chef du service, quelques perturbateurs entraient dans son bureau pour blaguer. Le lundi suivant j’allais gaiement au boulot et six mois plus tard je faisais partie du comité d’entreprise, puis je devenais présidente d’une des commissions. Le pied! je travaillais et je découvrais les réalités du syndicalisme.

Marco
Marco

http://www.rstconseil.com/qui.html

Pour ceux qui voudraient tester in vivo !! c’est à eux qu’il faut envoyer le CV !! moi je passe !! ( j’ai pas de cravates et pas de prescription médicale, je suis out de suite :lol:)