La sale tronche de l’emploi

Lectures :3296

Il fallait être motivé et veiller tard pour aller au bout du reportage de Didier Cros , diffusé le 6 octobre sur France  2 , à 23h30.

Deux jours d’immersion dans les bas-fonds du recrutement  pour saisir l’abject, la sinistre farce « humaine » où des candidats se mettent à nu devant jury pour tenter de se faire recruter pour un job dont ils ne connaissent même pas la nature et qui, au final, s’avère être un boulot de smicard, et pire… un boulot de m****.

Ce qui ne manque pas d’étonner, c’est que l’entreprise, l’assureur GAN en l’occurrence, ainsi que le cabinet RST Conseil, aient accepté l’intrusion des caméras dans ce cloaque innommable, un exemple à ne pas suivre de ce qui se fait de pire en matière de recrutement.

Une attitude qui en dit long sur le degré d’humanisme de ces gens et, au fond, de bêtise, puisque ces derniers prévoyaient naïvement de tirer bénéfice de la publicité donnée à leurs méthodes de recrutement.

Celle-ci est directement inspirée de techniques utilisées dans l’armée américaine, et donc dévoyée dans sa finalité.

Une succession de jeux de rôle, d’exercices de mise sous pression, qui ont pour but de fissurer la carapace du postulant, voire de le casser pour s’assurer qu’il sera prêt à se sacrifier pour ce qu’on voudra bien lui donner à faire ensuite.

En fait, une succession de petites humiliations, de perversions, au final des pratiques qui pourraient bien tomber sous le coup de la loi, si le législateur se donnait la peine d’y fourrer son nez.

Ici, les vertus du candidat ne sont que des obstacles. C’est la docilité qui est recherchée, l’individualisme, l’esprit de sacrifice pour vendre, vendre, et encore vendre… des produits d’assurance.

Des candidats que l’on perçoit passablement minés par de longs jours de recherche infructueuse, au point d’accepter de ne connaître l’objet de leur long supplice qu’au terme des deux jours.

Le plus inquiétant, c’est que l’on puisse accepter de part et d’autre de se livrer à une telle mise en scène malsaine. Comment l’entreprise peut-elle espérer fidéliser ensuite ?

Mais peut-être est-ce le but recherché… presser le citron pour accélérer le turn over. Vendre est souvent un boulot de chien.

J’avoue que j’ai souffert pour les candidats tout au long de l’émission et j’ai eu bien du mal à trouver le sommeil ensuite.

Tout le monde devrait voir ce reportage pour qu’une prise de conscience se fasse, d’autant que le réalisateur Didier Cros avoue avoir trouvé pires méthodes que celles montrées dans son film.

En effet, il est grand temps que tout cela cesse…

54 comments to La sale tronche de l’emploi

  • D. Furtif

    Encore une fois Yohan nous sort un truc implacable
    ================
    Sans avoir vu le document video
    Ce que tu nous dis de ces séances fait froid dans le dos;
    Cette batterie d’épreuves est-elle bien légale.
    D’autre part le droit à l’image est-il caduc en matière de recherche d’emploi.
    J’avais eu à le rappeler dans mon secteur d’activité
    ==================
    Peut-on voir ce document sans être obligé de charger un logiciel?

  • Causette

    Bonjour Yohan, à tous

    La cravate Hervé c’est une prescription médicale?

    Tout ce cinéma des recruteurs pour un salaire de misère, c’est écoeurant!

    • yohan

      Causette.
      Oui, j’ai retenu la pique. Le gars est resté presque sans broncher. Ceci dit, on se demande bien ce qu’il est venu faire dans cette galère avec cet état d’esprit libre. S’il avait connu la nature du poste, je pense qu’il se serait épargné une journée d’humiliations. Cette méthode est parfaitement débile. Ceux qui l’ont inventé n’ont pas inventé grand chose d’intelligent mais ce qui est fort, c’est d’avoir réussi à la vendre au Gan pour un piètre résultat et en mobilisant autant de gens pour si peu. Franchement, je peux leur trouver un vendeur d’assurances compétent et prêt au deal pour plus vite et moins cher, sans aucun problème et en utilisant une procédure classique.

  • maxim

    Et quand les recruteurs qui ne sont que des salariés se retrouveront un jour sans boulot et obligés de repasser par la case départ, subir ce qu’ils font subir aux postulants ?….

    • yohan

      Salut Maxim
      Le film montre des gens passablement deshumanisés. Le recruteur senior qui humilie son alter ego demandeur d’emploi n’est pas à l’abri de se retrouver lui-même un jour face à une procédure de recrutement de ce genre. Là, il se sent costaud car il est du bon côté de la barrière, mais quand il aura deux ans de chomedu derrière lui, on en reparlera. Son seul avantage sera de connaitre par avance le dessous des cartes 😉

  • Marco

    Je n’ai pas vu ce reportage.

    J’ai vu la différence entre le recrutement Français et Étranger !!
    en France c’est en first les RH et ensuite le responsable du service ou tu es censé bosser,( si tu passe au second tout ) et à chaque fois répéter la même chose ( en gros de ton premier biberon à ta dernière crotte )
    Boite étrangère , direct dans le vif, pas tout ton parcourt ,juste faire le point des compétences qui vont te faire ou non avoir le poste.

    Le recrutement en France est devenu un vrai business, il y a une montagne d € à ce faire pour des cabinets plus ou moins compétent.

    Je bosse pour une cie Étrangère, et je n’ai eu qu’un seul rendez vous avec la réponse dans la journée.
    Pour cela je pense qu’il y a plus de réflexion en amont avant la réception du postulant.
    Les entreprises RH en France donnent plus dans la quantitatif que dans le qualitatif des profils qu’ils présentent.
    Mon frère travail dans un service RH et coute que coute , même avec des profils inadaptés il faut présenter au moins 5 postulants.

    • Lapa

      je ne peux que plussoyer. Mon frère a cherché du boulot (ingénieur hautement spécialisé + 3ème cycle) en France. Il allait de RDV en RDV. Pour une grosse boîte que je ne nommerai pas, il en était à son 5ème RDV. Il a tout envoyé bouler et a postulé dans le même groupe mais dans un autre pays. Il a été pris en une demi journée. Il s’est bien foutu de la gueule de ses ex futurs responsables potentiels. Depuis il reste à l’étranger. Là bas ce qu’on demande ce sont les compétences. En France c’est le diplôme, l’expérience, la recommandation qui va bien d’un ami du recruteur et le devoir de fermer sa gueule. Certes, il peut se faire virer facilement sous 15 jours; mais on met pas 6 mois à le faire mariner pour voir si on peut éventuellement l’embaucher pour un poste urgent d’il y a un an.

      • yohan

        Ayant bossé jadis à l’étranger pour une boite américaine, je confirme la simplicité de l’entretien de recrutement. A peine un regard sur les diplômes que de toute façon de j’avais pas. Ce qui les intéresse, ce sont les savoir faire et les potentialités du bonhomme. Ce qu’ils essayent de vérifier aussi, c’est l’enthousiasme le poste. De toute façon, ils vont vous mettre à l’épreuve dès le premier jour et pour ma part, on m’a collé ce qu’il y avait de plus difficile, me dépatouiller à assurer la fourniture de pièces détachées de matériel de compaction à leurs clients allemands et néerlandais. Ils m’ont testé, observé discrètement, j’ai tenu bon et au bout d’un mois, il m’ont donné les clients de langue anglaise et française, plus facile donc. Grosse différence avec la France, car vous êtes d’emblée associé aux réunions de travail avec les cadres et la direction, ce qui reste une rareté chez nous. Tout le monde est invité à y participer, et le petit débutant n’est pas considéré comme un insecte. C’est un style de management plus clair. En revanche, si vous merdez, la sanction tombe vite et eux, ils ne tournent pas autour du pot.

  • yohan

    On peut visionner le reportage en cliquant sur le lien donné sur la première ligne. (France 2). L’émission dure un heure environ et faut faut aller au bout pour comprendre le cynisme de la méthode, en voir les effets nocifs sur le chercheur d’emploi. En gros, si le Gan y trouve son compte, ceux qui en sortent sans rien seront un peu plus détruits psychologiquement. Au début, rien de trop méchant mais c’est à la fin qu’on voit le piège grossier. La docilité des candidats montre comment des mois d’insuccès peut rendre les gens totalement anesthésiés. Ce que le reportage permet de mettre à jour également, c’est que les assureurs sont déjà dans la course pour vendre des assurances qui vont se substituer peu à peu à la sécu et aux mutuelles, vraisemblablement appelées à s’effacer au profit d’un système de protection santé géré par les assureurs privés.

  • yohan

    Attention plus que deux ou trois jours pour le visionner sur pluzz.fr

  • maxim

    J’ai visionné la vidéo en tranches, je viens de voir la dernière partie ….donc un seul candidat reste dans l’entreprise pour 1700 € de salaire mensuel ….

    tout ça pour ça! en gros 10000 balles par mois!donc le même salaire net que je donnais en 1980 à un monteur-chauffagiste OHQ! et encore fournissais la bagnole de service sans compter les primes diverses en usage dans la profession.

    • yohan

      Moins Maxim. C’est le SMIC brut en fixe qui est proposé + commission « déplafonnée » 🙄 si tu parviens à vendre leur daube, ce qui n’est évidemment pas gagné d’avance, sinon ils ne feraient pas tant de chichis

      • yohan

        « Commission plafonnée » comprendre que le produit se vend relativement facilement. On plafonne alors pour éviter de trop débourser pour rien, vu la facilité à vendre. « Commission déplafonnée », comprendre que l’entreprise vous tend une carotte, une rémununération supposée sans limite, mais bien souvent sans aucune garantie d’atteinte, sauf dans vos rêves….on n’attire pas les mouches avec du vinaigre. Dans le cas du Gan, ils savent que leur produit n’est pas facile à vendre, vu la concurrence (dont ils parlent d’ailleurs). Donc, ils proposent le déplafonnement pour attirer les gogos et en échange, bien sûr, ils proposent un fixe au taquet. Il y a pire bien sûr. C’est 1€ de fixe et le reste en commissions déplafonnées…8)

        • maxim

          Le Gan et les autres compagnies d’assurance ont perdus leurs privilèges …les banques vendent des assurances, les caisses de retraites également,et les assurances mutualisées itou ! et à des prix bien plus concurrentiels que les compagnies classiques!

          c’est ce que j’ai souscrit, ça me fait trois assurances qui ne laisseront pas ma femme dans la merde si je claque le premier, et toutes ces polices bien plus avantageuses au point de vue cotisations !

          pas besoin de démarcheurs ni tocqueurs de portes,ça se fait par le net !

  • Castor

    Ces méthodes sont le pire de ce qui existe.
    Je suis passé par-là, le plus souvent, j’ai envoyé chier le bouzin tellement ça me révoltait.
    Entre la chaise bancale qu’on te refile pour voir si tu vas rechigner ou te soumettre et les parfaites têtes de con qui te soumettent à la question, merci, mais on voit se révéler le pire de l’âme humaine dans ces situations.
    Ça me fait penser aux bizutages. Sur le moment, on en chie grave, on trouve ça révoltant et inhumain, mais dès qu’on passe de l’autre côté, on trouve tout un tas de justifications, dont celle de reproduire un schéma (idem, certainement, pour les enfants battus…).
    S’il fallait revoir le Code du travail, ce serait par-là qu’il conviendrait de commencer…

  • Aria

    Le problème ne tient pas aux recruteurs mais bien aux entreprises françaises qui sont sans doute parmi les plus ringardes en Europe. Des patrons qui pleurent sans cesse sur leurs charges mais qui touchent des aides sous formes d’emploi aidés, de subventions, de défiscalisations et qui n’investissent pas mais spéculent.
    Des patrons qui ne savent que faire de leur fric autrement que du bling bling et n’ont strictement aucun souci du bien commun.
    Les gens qui ne font pas partie de l’élite n’ont pratiquement aucune chance de faire une carrière dans leur entreprise. Aucune chance n’est donnée aux jeunes s’ils ne sortent pas de la cuisse de Jupiter, soit les grandes écoles.

    Je vois mes enfants chercher du boulot -ailleurs car ils en ont-, ils ont de bons diplômes (ni Hec, X ou ENA), une expérience professionnelle,ne sont pas les plus mal lotis mais ne rêvent que d’aller travailler à l’étranger, ce qu’ils ont déjà fait en CDD avec une satisfaction professionnelle incomparable à ce qu’ils trouvent en France.

    Je pense pis que pendre des patrons français, ces « moi d’abord ».

    • Buster

      😯

      Dans le genre généralisation, il y a aussi le fameux : « les fonctionnaires sont tous des fainéants »

      • yohan

        Certes certes, les entreprises françaises ne sont pas toutes ringardes, c’est clair. Toujours le fameux problème, à partir des combien de cas avérés et authentifiés a t-on droit de généraliser ? :mrgreen:

        • Buster

          Yohan,
          Pas eu le temps de visionner la vidéo. Je ne peux guère en parler, sauf de ce que j’en ai compris : Des méthodes de recrutement indignes et inadaptées aux postes à pourvoir.
          La trouille d’embaucher une personne qui ne se révélerait pas « conforme » aux attentes n’excuse pas tout, pas plus que les effets pervers de la rigueur du droit du travail français : Cela ne permet pas d’abandonner toute humanité et toute mesure !
          Le « système français » dans son ensemble produit ses bons côtés autant que ses aberrations.
          Et on peut en ressentir les effets positifs autant que négatifs dans toutes les couches de la population : Patrons, cadres, non-cadres, fonctionnaires, chercheurs, artisans, prof. libérales …
          Important de dénoncer les erreurs. (Si possible sans généraliser)
          Il a du y avoir à une époque des méthodes de formation des recruteurs (anciennes et dépassées j’espère) qui ont pu produire ce genre de dérives, ce type « d’habitudes de travail ». Et les mecs formés comme cela sont actuellement aux manettes.
          Ils doivent même certainement être fiers de leurs méthodes, de foutre les candidats à poil, de leur faire cracher ce qu’ils ont dans les tripes… Le recrutement moderne quoi !
          J’ose espérer que les jeunes ne sont plus formés selon ces critères !

          • yohan

            Buster
            Je ne suis pas manichéen mais observateur. D’ailleurs, dans ce reportage, on voit que certains candidats ne sont guère mieux que ceux qui les passent à la moulinette. La question, c’est où va-t-on dans ce monde où le chacun pour sa gueule règne en maître. En l’absence de repères, c’est à l’Etat que revient de mettre les balises, pour contenir la loi de jungle…

  • yohan

    A ce propos, faudrait peut-être se pencher sur la spécificité de cette notion de « cadre » à la française. J’en connais qui revendiquent ce statut de droit divin au motif qu’ils ont un Bac + 4. Certains le sont sans jamais avoir encadré qui que ce soit. Du coup les cadres sont dans une situation paradoxale entre leur direction et les salariés. Le reflexe de se cacher derrière son petit doigt, de ne pas assumer les responsabilités de recrutement et de reclassement font qu’ils vont vers la facilité. Logiquement, c’est à la DRH de faire ce travail. Comme ils veulent éviter d’être rendus responsable des erreurs de recrutement, ils poussent pour recourir à des cabinets indépendants en leur confiant les clés du camion. Même chose pour les reclassements des personnes licenciées, la DRH sur défausse sur des boites comme la SODIE qui, par l’effet de mode, se retrouve en quelques années parmi les big five de l’outplacement, anglicisme qui sert encore à pousser les miettes sous le tapis.
    Malheureusement, on a beau pointer ces problèmes depuis des lustres, rien ne change, à croire que dans ce pays, les actes restent immuables, et que seules les déclarations d’intention comptent. J’ai bien peur qu’une fois l’indignation bue, tout continue comme avant…

    • Marco

      c’est vrai Yohan , il y a des cadres sans encadrement direct et même sans encadrement du tout !

      D’autre on 80 personnes à gérer ( j’ai eu c’est bon plus jamais)
      La notion de cadre c’est surtout aujourd’hui pour contourner les 35 heures et faire des heures à gogo !!

      ma femme est cadre sans encadrement, ( elle le fut ) aujourd’hui c’est horaire flexible and co ceci dit dans une très grosse boite il y a aussi des avantages liés au poste et au statuts !

      je ne suis pas cadre d’ailleurs dans la cie y en a pas le statut c’est chief ou pas donc c’est plus facile, pas de lèche à untel ou untel pour au cas ou , pas de cirage de pompes, c’est du direct , du franc , de l’efficace!

      je viens d’ecouter l’émission ( mais chut faudra pas le dire :mrgreen:) c’est lamentable ce recrutement tout ce binz pour le smic , c’est vraiment à pleurer !!

  • D. Furtif

    Heuuueu c’est pas que je boude ….hein…
    ça m’intéresse , mais c’est un monde que je ne connais pas beaucoup,
    Alors j’apprends 😉

    DDD

  • Lech

    Vu, merci Yohan pour ce partage.

    Moi ce qui me choque le plus dans ce recrutement, en plus de tout ce qui a déjà été dit, c’est que l’emploi proposé ne donne aucune perspective de carrière, et d’ailleurs les recruteurs ne s’en cachent pas, on le voit très bien lors de l’entretien du cinquantenaire (Hervé ?), qui recherche plus un poste de manager, et qui pose même la question de son avenir dans la boite.

    Il est prêt à accepter ce poste avec l’espoir de pouvoir monter en grade à court ou moyen terme.

    Alors que la boite est prête à embaucher quelqu’un même pour 6 mois ou un an seulement, elle cherche de la chair à canon un point c’est tout. Mais de la chair à canon qui rapporte des contrats.

    C’est bien triste comme reportage.

  • Marco

    Exact Lech ,
    Les Français mise sur le court et moyen terme et te demandent en entretien , comment tu te vois chez eux dans 5 ou 10 ans , c’est une aberration.
    Je rejoint Yohan , sur le fait que dans une boite étrangère tu es de suite dans le dur , ne serai ce que pour tester tes acquis, je me rappelle de mon premier vol dans la cie, des débordements de palette de tous les cotés un vrai légo !!
    la petite phrase du Handling Advisor : loading start in an hour have fun !!!

    Et pour répondre à Aria , le problème est aussi que les boites Française ont pris pour habitude de déléguer leurs recrutements à des généralistes, intérim ou cabinet de recrutement, et que bien souvent les profils présentés ne sont absolument pas en adéquation avec la demande!!

  • D. Furtif

    Alors une question à Yohan et à tous ceux qui voudront bien répondre.
    Ce gâchis d’hommes et de compétences rapporte à qui ❓
    Et à quoi tient que ce procédé rapporte.

  • yohan

    Furtif,

    Il n’y a pas de logique véritable à tout cela, sinon de la couardise de la part des grands groupes qui n’assument pas leurs recrutements et de l’opportunisme de la part des cabinets de recrutement qui ne font que prospérer sur les miettes que la grande entreprise veut bien leur abandonner. Les entreprises reçoivent suffisamment de CV. On ne me fera pas croire qu’ils ne sont pas capables de recruter par eux-mêmes. A savoir également que certaines grosses boites ont encouragé leurs cadres à monter leur cabinet conseil pour ensuite externaliser certains recrutements peu glorieux qu’elles ont à faire. Le copinage fonctionne pas mal. A noter que tout cela ne concerne généralement que les grosses boites, les autres ne pouvant s’offrir les services d’un cabinet de recrutement. Ne pas oublier quand même que + de 90% des entreprises se débrouillent pour recruter par eux mêmes.
    Je suis curieux de savoir pourquoi un gros comme Gan choisit un petit cabinet sans réputation comme ce RST Conseil, peut-être la mode des chartes de diversité ?

    • Marco

      oui Yohan exact et pour ce qui est de ce recrutement , je me pose la même question que toi, ayant eu à faire à eux ( cabinet de recrutement et consultant ) par le passé il me semble que le cabinet de recrutement n’est pas dans le top du top !
      ils sont rémunéré en partie sur un fixe ,et en partie sur un % du salaire du ou des recrutés, là c’est deux smic 3000€ brut par mois pour deux employés!!!:shock:

      Encore un cabinet qui sort d’un appel d’offre ou le moins disant a emporté le marché, de plus la méthode est catastrophique.

      Pour répondre à Furtif , en fait l’entreprise ne gagne rien dans ce style de recrutement, elle pourra gagner sur le moyen terme si les recrutés restent en poste ,et si ils sont bon!!( un gros delta entre les entrées et la maigre sortie ) mais pour le smic , je préfèrerai aller chez France Handling construire des palettes avion 🙄

      le cabinet de recrutement ne gagne rien non plus , seulement ils peuvent mettre qu’ils font du recrutement pour le GAN dans leur plaquette de pub ! tout ceci est pitoyable.

      Pour les embauchés , quand ils auront fait le compte entre les sorties pour bosser( pressing ,renouvellement de la garde robe, ect ) et leur salaire, ils pourront surement ce considérer comme travailleurs pauvre malheureusement.

      Ce qui m’a fait bizarre c’est que pendant un moment j’ai cru être dans un séminaire de vente pyramidale, et pas dans le recrutement d’un future collaborateur .

  • Causette

    Bonjour à tous

    Vous aurez remarqué dans ce reportage de Didier Cros, qu’il n’y a qu’une seule femme de retenue pour passer les exercices(débiles) de recrutement. Et puis, comme dans la majorité des embauches, les candidats qui ont plus de 40 ans n’avaient aucune chance d’être retenus, c’est encore plus vrai pour les femmes.

  • D. Furtif

    Bonjour Yohan ce n’était pas ma question
    L’entreprise y gagne-t-elle oui ou non?
    Si elle y gagne. Ce gain est-il identifiable ? Est-il quantifiable?
    .
    Soyons réalistes et sérieux si elle n’y gagne pas elle y perd.
    .
    Même question , identifiable et quantifiable???????

  • yohan

    L’entreprise espère gagner, c’est sûr. Mais sur les deux recrutés ici, combien seront à leur poste après avoir réfléchi. S’ils refusent le poste ensuite après avoir réfléchi à ce qui s’est passé dans cette sélection, le Gan aura perdu son fric.
    Jadis, on recrutait plus simplement. Diriger une entreprise, c’est prendre des risques non ? On peut faire plus simple. CV et un bon entretien, pourquoi faire compliqué. Quand on voit ce qu’il faut faire aujourd’hui pour trouver du boulot, rhâââ….c’est devenu la jungle…

    • Lech

      Tout à la fin du reportage il est précisé que quelques mois plus tard, le gars a été pris en CDI, et gagne 1700€ net par mois, tandis que la jeune femme n’a pas eu « la chance » de se voir renouveller sa période d’essai. Donc elle n’aura fait que 3 mois.

      Donc la méthode de recrutement n’est pas si efficace que cela, sinon il n’y aurait pas d’échec après embauche.

      Mais cela ne doit pas déranger plus que ça l’entreprise (et les entreprises du secteur en général ?), puisqu’à mon avis ils recherchent des commerciaux très très agressifs, qui rapportent un max de pognons, même si c’est pour les vider de leur substance et les jeter au bout de 6 mois, plutôt que de prendre des commerciaux un poil plus calmes, mais sur du plus long terme.
      A croire que c’est rentable pour l’entreprise d’avoir un gros « turn-over » (mot que j’ai appris dans le reportage 🙂 )

      • D. Furtif

        Merci Lech
        Il faudrait voir là un élément de justification alors .Faudrait-il voir dans ce pressage de citron une technique de gestion du personnel identique au « Boostage » et au « Stressage » des cadres?
        Le bilan pour l’entreprise serait donc positif……
        Merci …
        Est-il permis , pour un homme qui n’est pas de ce monde là , de constater que ,même les cadres , sont à la recherche de la sécurité de l’emploi en même temps qu’ils regrettent le licenciement sans cause réelle et sérieuse.
        .
        Par ailleurs __ toujours dans le commentaire de Lech__ Ne faut-il pas voir dans cette pratique du « turn-over » un reflet de la gestion globale de navigation à court terme de toutes les entreprises???

        • Marco

          Toutes non je ne pense pas Furtif , j’ai bossé dans deux très grosses entreprise , cadre dans les deux.
          La première très vieille marque Française dans l’univers du luxe , gestion humaine assez paternaliste, toujours en quette de savoir si tu vas bien , si ta charge de travail n’est pas trop lourde bref pour faire carrière si c’est ton truc une boite au poils ( bon fallait quand même envoyer du boulot ,mais dans la limite de ne pas partir dans la zone rouge ) et comme j’ai la bougeotte et que j’aime l’action j’ai bougé
          Autre très grande entreprise Française, présente dans le monde entier , anxiogène au possible, et au bout de 3 ans voyez caisse svp , rien à dire sur votre job, mais l’entreprise renouvelle périodiquement ses cadres intermédiaire, sauf à sortir d’une grande école d’ingénieur, c’est renouvellement programmé, pourquoi? pas eu de réponses à mes questions, pas chienne pour deux sous , te signe un accord de gré à gré , te donne 1 an de salaire le brut en net paye CSG et RDS mais surtout ne veut pas avoir de procès aux prudhomme, pas de vagues, pas de vagues !!

  • ranta

    J’ai regardé la vidéo, c’est long mais passionnant.

    Et que voit-on ? Des candidats qui à l’exception de deux qui se tirent et d’un qui se l’a joue désinvolte tous pourraient être de l’autre côté de la table. Le Gan aura perdu son pognon si aucun des deux retenus ne vient . Même pas, cela aura juste permis à la tripoter de sales cons de recruteurs de pseudo-justifier leur travail.

    Rahâââââââ, ça me rappelle le bon temps, lorsque que jeune con ne rentrant pas dans les canons- marié, père de famille, crédit de la maison sur le dos, dents à rayer le parquet – de la boite où j’étais je pourrissais systématiquement toute les réunions : faut dire aussi que d’accepter que le nippons lorsqu’ils sont en grève continuent de bosser mais mette un brassard pour manifester leur grève et QUE C’EST VERS CA QUE DOIT TENDRE L’ENTREPRISE IDEALE…. Les conneries de cercles de qualit, ou alors, mes glands de collègues qui avaient tous un attaché case à code avec un crayon à papier et une gomme dedans… je trouvais ça tellement ridicule qu’un jour j’ai pris un carton de frite pour en faire mon attaché case.

  • yohan

    Salut Ranta
    L’attaché case est passé de mode. Effectivement, c’était plus un accessoire de présentation corporate qu’un besoin réel. Certains y glissait leur sandwich, d’autres des bouquins de cul (j’ai vu ça).
    La soumission aux codes vestimentaires et aux usages coporate est un sujet qui ne me laisse pas indifférent. A ce propos, j’avais fait un nartik sur le baisenville sur Avox

  • Marco

    j’ai eu un jour aussi la réflexion suivante : vous ne portez pas de cravate?
    en fait je déteste ça et je respire mal!
    ma réponse du tac au tac : dans le camembert , le meilleur n’est pas la boite.

    Dans le cas ou tu es en contact permanent avec les clients de l’entreprise que tu sois bien sapé ok , mais la cravate aujourd’hui pfff c’est un peu out non??

    enfin moi aujourd’hui je bosse en jeans alors les codes vestimentaire!!!

    • Causette

      j’ai eu comme collègue un dessinateur (célèbre) habillé comme l’as de pique et en charentaises :mrgreen:

      Je me souviens de mon embauche « éclair » dans un des services d’une grosse boite d’éditions. Après 5/10 minutes d’entretien avec le chef du service, quelques perturbateurs entraient dans son bureau pour blaguer. Le lundi suivant j’allais gaiement au boulot et six mois plus tard je faisais partie du comité d’entreprise, puis je devenais présidente d’une des commissions. Le pied! je travaillais et je découvrais les réalités du syndicalisme.

  • yohan

    Furtif
    excellente illustration, 😀

    • D. Furtif

      Je ne me suis aperçu que ce matin que nous n’avions pas d’image en Une
      Léon va m’écorcher
      Je vis dans la crainte.

  • yohan

    Je me suis renseigné (euh j’ai fait comme MOmo :mrgreen:) le GAN fait partie de GROuPAMA BANQUE qui vient d’être dégradée par Standard and Poor’s, puis Fitch. On va harceler et vendre des produits d’assurance à des pauvres types inquiets pour leurs vieux jours. Quand la bise surviendra, ils s’apercevront qu’on les a roulé dans la farine et que leur argent s’est envolé…

    • D. Furtif

      Les machins pourris se sont bien vendus de cette façon…
      Et quelle est la direction d’entreprise qui n’en a pas acheté…voire la municipalité,?

  • yohan

    et malgré cela…. ils recrutent…des commerciaux bien sûr 😉
    Ce genre d’exemple montre qu’il ne faut pas confier son fric à n’importe où. L’avenir sera plein de gens floués et qui ne retrouveront pas leurs économies. Mieux vaut acheter un bateau pour aller à la pêche

    • Marco

      mieux vaut acheter directement le poisson et garder l’argent du bateau ! :mrgreen: :mrgreen:

      • D. Furtif

        À Marco et à tous
        Si vous voulez des smiley
        Veillez à respecter les espaces
        Et vérifiez sur la fenêtre d’Aperçu avant de « Submiter » votre commentaire.

        .
        Je dis submiter si je veux 8)

  • Marco

    http://www.rstconseil.com/qui.html

    Pour ceux qui voudraient tester in vivo !! c’est à eux qu’il faut envoyer le CV !! moi je passe !! ( j’ai pas de cravates et pas de prescription médicale, je suis out de suite :lol:)