Marine Le Pen et la laïcité

Lectures :2916

Marine Le Pen a prononcé dimanche 15 janvier, à Rouen, un discours partiellement consacré à la laïcité. Voici un certain nombre de commentaires sur  cette partie .

—————————————————-

(…) Et, vous le savez mes chers amis, le communautarisme est aujourd’hui la première menace contre l’unité de notre nation. Le communautarisme est un principe essentiel du mondialisme, parce que c’est le vecteur le plus puissant de négation de notre cohésion et de notre identité nationales.

Je serai donc la présidente de la nation, contre le communautarisme. Pour cela, je réaffirmerai haut et fort les principes et les obligations de la laïcité, essentielle à la paix civile. Je créerai un ministère de l’Intérieur, de l’Immigration de la Laïcité.
[ Commentaire : l’unité de la nation est autant menacée par les inégalités sociales, par la fin de son particularisme dilué dans le mondialisme, que par le communautarisme. Ce dernier n’a pas de rapport obligatoire avec le mondialisme, il est une manière anglo-saxonne de concevoir l’insertion des individus au sein d’une nation. Et revendiquer une « identité française » peut tout à fait être assimilé à la revendication d’un communautarisme blanc, « souchien », chrétien etc. Tout dépend de la manière de la définir.]

La laïcité sera d’application plus aisée quand nous aurons stoppé l’immigration, ramenée en 5 ans de 200 000 entrées par an, l’équivalent de la ville de Rennes !, à 10 000. Parce qu’il est évident qu’une immigration aussi massive pèse sur la communauté nationale, qu’elle est un facteur de tensions et de division qui n’est pas bon, qui n’est pas sain.

[ Commentaire : ici on est en présence d’une thèse débile qui fait de l’islam le seul et unique ennemi de la laïcité et qui fait de tous les immigrés des musulmans… De ce fait, l’idée même d’un ministère de l’intérieur, de l’immigration et de la laïcité ne tient pas debout, même s’il faut rappeler que la question des cultes a toujours été incluse dans les attributions du ministère de l’interieur. MLP fait là un amalgame entre insécurité, immigration et atteintes à la laïcité, ce qui ne veut pas dire que ces trois variables soient indépendantes. On est ici aux limites du politiquement correct et du mensonge, dans lesquels il est toujours périlleux de s’avancer : oui, les étrangers sont surreprésentés parmi les délinquants ; oui, l’islam organise les atteintes les plus visibles à la laïcité ; oui l’islam a été importé. Mais les étrangers restent minoritaires parmi l’ensemble des délinquants, donc on ne résout rien en se focalisant sur eux ; mais d’autres religions commettent des atteintes à la laïcité sans doute moins visibles et moins fréquentes mais souvent beaucoup plus graves, comme l’affaire des cellules-souches. Si l’on refuse de passer sous silence celles de l’islam au nom d’une quelconque solidarité prolétarienne-bidon, on n’oublie nullement les autres. Mais il faut être clair également: la gravité des atteintes dues aux différentes religions tient à leur proximité avec le pouvoir. Le jour où les musulmans, en France, disposeront du même pouvoir que les lobbies catholiques, la charia, ce sera pour tout le monde, la vigilance doit être sans faille ! Le danger de l’islamisme réside aussi dans ses potentialités, pas seulement dans ses réalités temporaires constatées ici ou là.

D’autre part, l’argument du nombre ne tient pas : c’est un nombre réduit d’activistes devant lesquels les musulmans d’origine se couchent, par crainte, par conformisme, par mauvaise conscience et à cause de la complaisance des autorités françaises, avec la bénédiction de la gauche quantique. On a ici une instrumentalisation de la laïcité pour faire passer la xénophobie. ]

La laïcité pour l’unité de la nation, par une application stricte de la loi de 1905 : immédiatement les prières de rue qui continuent encore aujourd’hui malgré toutes les promesses prendront fin.

Et il ne sera plus question de financer directement ou par un biais détourné la construction des mosquées. Les fidèles peuvent se construire des mosquées, mais avec leur argent, et sûrement pas l’argent public ou l’argent de pays étrangers qui ne respectent pas les autres religions, notamment la religion chrétienne comme c’est trop souvent le cas !
[ Commentaire : un seul mot à dire, bravo !]

(…)Ma France, unie et sûre de ses valeurs, ne pourra plus tolérer des horaires séparés dans les piscines entre hommes et femmes, ne pourra plus tolérer ces inadmissibles dérives que Martine Aubry a laissé prospérer dans les piscines de sa ville, comme un symbole de la dérive anti-laïque et anti-républicaine du Parti Socialiste et des partis en place.

[Commentaire : c’est du réchauffé, ces horaires n’existent plus. Elle ferait mieux de nous parler de l’ICI]

Il faudra aller plus loin dans la laïcité, ne rien lâcher : ainsi, les services publics administratifs dépendant de l’Etat ou des collectivités territoriales doivent être les garants des principes républicains et de la laïcité. A l’instar de ce qui s’applique aujourd’hui pour les agents de ces services publics, toute manifestation communautaire y sera donc proscrite pour l’ensemble des usagers, notamment le port du voile ou de tout autre signe religieux ostentatoire !

[ Commentaire : on aimerait bien, mais c’est totalement inapplicable dans un Etat qui se prétend démocratique…]

La collectivité nationale ne pourra subventionner que les associations qui respectent les principes républicains, alors que les structures communautaristes seront privées de tout financement public !

[ Commentaire : les structures communautaristes ne sont pas anti-républicaines en tant que telles, c’est une idiotie. Ces associations, si elles sont déclarées sous les statuts de la i de 1901 doivent suivre un certain nombre de règles de contrôle et de transparence ]

L’Etat fort sera le meilleur protecteur de la laïcité.
Et ce protecteur, nous en avons besoin très vite. Mon message prend tout son sens quand on lit avec attention les propos des candidats de l’UMPS et du Centre. On voit bien qu’ils penchent tous vers le multiculturalisme à l’anglo-saxonne, parfois jusqu’à l’absurde, comme cette idée saugrenue d’accorder un jour férié aux juifs pour kippour et aux musulmans pour l’Aïd-el-Kébir.
Mais alors, je vous le demande, pourquoi rien pour les Arméniens qui ont leur propre calendrier liturgique ? Et les orthodoxes qui ont conservé le calendrier julien et fêtent Noël le 7 janvier ? Pourquoi rien pour nos compatriotes bouddhistes qui nous viennent du sud-est asiatique ? Nos compatriotes hindouistes originaires de Pondichéry ? Et quid du nouvel an chinois, du nouvel an iranien, du nouvel an kurde ? Et l’année prochaine, si Mitt Romney est élu président des Etats-Unis, faudra-t-il prévoir un jour pour les mormons ? Et puis, de peur, moi aussi, d’avoir oublié quelque communauté, je serai tentée de proposer un jour férié au dieu inconnu, comme, prudents, les Athéniens de l’Antiquité avaient dédié un autel au dieu inconnu…

[Commentaire : elle a évidemment raison, mille fois raison… Les jours fériés ont été inscrits dans le code du travail : qu’ils correspondent, à l’origine, à des fêtes chrétiennes ou pas est totalement secondaire.]

Oui, mes chers amis, il vaut mieux en rire qu’en pleurer… Car leur méconnaissance des principes de la République française, de nos valeurs, de notre identité, est pitoyable. Se souviennent-ils seulement, ou sûrement en ont-ils honte ? que la France plonge aussi ses racines dans le christianisme ? C’est pourtant notre histoire, notre identité, que ça leur plaise ou pas !

Alors, oui, la France fière de ses valeurs, l’identité nationale, la laïcité, pour sortir la France des oubliés de l’anonymat subi et du magma mondialiste dans lequel on veut la plonger !
Avant d’être consommateur, avant d’être d’une communauté, avant d’être client, on est d’abord de France, on est d’abord français !
[ Commentaire : belle entourloupe qui introduit un sérieux doute sur les convictions laïques de ce discours. Il met donc le christianisme à part sur la question de la laïcité et amalgame l’identité française à son histoire chrétienne en oubliant quelques « détails » comme le rationalisme et les Lumières, le mouvement ouvrier, le combat contre l’église catholique et la loi de 1905 que MLP n’invoque que quand cela l’arrange.]
——————————-

Mais quel est le problème fondamental de ce discours de MLP ? Qu’il soit le seul sur cette question. Apparemment, pour les autres c’est un non-problème.

34 comments to Marine Le Pen et la laïcité

  • D. Furtif

    Opposer une identité française au communautarisme revient à opposer un blanc bonnet à un bonnet blanc.
    Le communautarisme est l’ennemi de la république à ses valeurs universalistes et à ses droits.
    Ce n’est pas en faisant l’apologie des uns pour dénigrer les autres que l’on en sortira.
    .
    Désolé pour les royalistes qui voudraient bien le faire oublier.
    Il n’y a rien de plus cosmopolite et indifférent aux peuples que les têtes couronnées . La Nation est un pur produit de l’esprit républicain , il est incompatible avec la notion de Seigneur Dieu souverain.
    Il n’est qu’un souverain le peuple.
    Dans cette mesure l’histoire et les racines de la France ne sont pas des notions qui puissent se confondre.
    De plus les éléments d’égalitarisme et de justice que l’on peut trouver dans l’idéologie chrétienne ne peuvent être évoqués par l’Église qui ne doit son existence millénaire qu’à l’oubli et à la falsification de ces idéaux.
    Sans trop chercher à pinailler l’Église n’est en rien habilitée à revendiquer le monopole du christianisme .
    Nous demanderons donc à ses lieutenants, aux officiels et aux masqués de se tenir dans une réserve réduite à la sphère privée de la même manière que nous attendons toujours que l’islamisme apprenne à le faire.

  • Léon

    Je ne suis pas d’accord sur tout, notamment sur la question laïcité/communautarisme.
    D’abord, ce principe de séparation des églises et de l’Etat, ce que nous appelons « laïcité » est une invention française semble-t-il et, à ce titre comme, n’importe quelle autre élément spécifique de sa culture, un constituant de l’identité française, comme sa langue ou son terroir. Cela ne veut dire nullement que cette identité soit figée ou doive le rester mais, là dessus, Michéa par exemple a dit ce qu’il y avait à dire.
    Ce qui est vrai, c’est que l’identité française est constituée d’éléments nombreux, mais certains d’entre eux ont une porté universelle, qu’ils aient ou non été inventés par les Français eux-mêmes, je parle des « Lumières », des droits de l’homme, du rationalisme, de la démocratie, mais aussi de la laïcité ou du droit du sol.
    En ce sens je ne suis pas d’accord pour faire de « l’identité française » un communautarisme. Jamais celle-ci ne s’est réduite, en France, précisément, à une communauté de sang alors que cette tendance est celle qui domine largement dans la plupart des pays européens. L’identité française, par exemple, depuis qu’est apparu le concept de nation française, ne s’est donc jamais définie, sauf par l’extrême-droite, comme blanche ou /et chrétienne (voire catholique) et déterminée par la filiation.
    Autrement dit, la laïcité est évidemment un concept potentiellement « universalisable », sauf que précisément, pour l’instant il n’est pas universel et que donc, avec d’autres valeurs, elle fait partie d’une identité française. Mais je ne vois là aucun communautarisme.

  • Léon

    Pour préciser : ce n’est pas nier une identité française que de la voir autrement que l’extrême-droite.

  • Léon

    Je tiens à rappeler aussi qu’il fut un temps ou la nation était une idée de gauche et que l’internationalisme prolétarien est souvent l’idiot utile de la mondialisation libérale, notamment en ce qui concerne le marché du travail. L’Etat-Nation reste, à l’heure actuelle, le cadre le plus large où puisse s’élaborer, s’organiser le destin d’un peuple.

  • Fantomette

    Il n’empêche.
    Elle est écoutée et apprécciée. D’aucun la voient en dernier recours.
    Elle me fait bien plus peur que son père qui surjouait le vieux facho, une vraie caricature!

  • COLRE

    Bonne analyse, mais trop rationnelle, défaut rédhibitoire (j’en sais qque chose, j’ai le même).

    Je n’y crois plus. En politique, la raison, c’est terminé. Sarko et sa caste politico-médiatique ont achevé l’avilissement de la parole publique à coup de talon(nette).

    Et ce cynisme a infusé partout. Dites « laïcité » ? les mabouls entendent extrême-droite, identitaires, xénophobie, racisme…
    C’est dire si elle a un boulevard, la Marine Le Pen, avec des adversaires pareils ! Elle n’a qu’à ramasser sans se baisser.

    Avant, la politique avait sa grandeur. Des petites bassesses, évidemment, de la mauvaise foi, mais au moins cachées, honteuses. Désormais, c’est au grand jour. On fait l’annonce publique de ses mensonges, on les revendique, on nie à peine ses turpitudes la main sur le coeur, on dit que noir c’est blanc, et c’est comme ça. Faites passer.

    Elle aurait tort de se gêner, MLP, il lui suffit de faire pareil, de s’adjuger l’attirail lexical de la République, et le tour est joué.
    La politique est désormais gangrenée par l’énormité des mensonges, le double discours, l’aplomb hors norme à dire tout et son contraire.
    Les mots n’ont plus du tout le sens du dictionnaire.

    Ecoutez-les aboyer leur cynisme et leur aigreur les mabouls d’en face, d’à-côté et de partout qui sont devenus la caisse de résonnance de cette dépravation de la raison, de la parole et des valeurs universelles (c’est un gros mot) de l’humanisme (c’est est un autre).
    Ils lui ouvrent un boulevard !
    C’est à pleurer.

  • Léon

    Bon, alors, je vais essayer d’être beaucoup moins rationnel.. 😆 😆

  • snoopy86

    Elle est tristounette Colre aujourd’hui 🙁

    Je la comprends, parce que pour Marine la laïcité n’est qu’un pretexte comme pour d’autres l’humanisme autoproclamé n’est que l’alibi de la lâcheté …

    Ils lui ouvrent effectivement un boulevard.

    Ajoutez-y l’effrayante démagogie de son programme économique, on pourrait bien la retrouver au deuxième tour

  • COLRE

    Bof…

    Sarko a pu se prévaloir de Jaurès sans que l’ensemble du monde médiatico-politico-intellectuel n’éclate de rire, alors…
    Il a pu trépigner sur la « règle d’or » tout en prévoyant dans le même élan un déficit de 180 milliards d’euro pour le budget à venir… et toujours pas d’éclat de rire ?
    Non. Qui parle encore de règle d’or aujourd’hui ? Personne. Sujet suivant.

    Voilà que la défense triple A était annoncée comme la fin du monde et le but ultime de sa politique protectrice… et maintenant que c’est arrvié ? pas du tout, ça ne change rien, ou c’est la faute à Hollande…

    On n’a même pas le temps de s’élever contre un détournement de sens, qu’un autre pointe le nez, comme ce matin les déclarations de Guéant sur la « baisse, pour la 9ème année consécutive de la délinquance » (ne riez pas).
    Dans les médias, c’est devenu parole contre parole, la « délinquance baisse » contre le « maquillage des chiffres »… alors que, une fois de plus, l’annonce à grands flons-flons est une entourloupe de première…

    À chaque couple de jours, sa rumeur, son buzz, son annonce frauduleuse…
    Depuis moins d’un mois ? de mémoire :

    Sale mec : mensonge monté en épingle, on ne parle que de ça pendant 3 jours… puis, ça fait pshhhhit, la baudruche se dégonfle…
    Haram / Morano : polémique d’un jour, vulgaire, populaire
    Jeanne d’Arc : « Jeanne » 20 fois dans le discours de Sarko… récup tellement énorme : qui ça trompe ?!
    TVA sociale : laquelle, pourquoi, comment ? mystère… TVA sociale, qu’on vous dit…
    Taxe « Tobin » : on l’impose, on ne l’impose plus, elle existe déjà, on n’en parle plus…
    Quotient familial… (dangereux, assassinat, situation de guerre, folie, anéantissement, injuste, irresponsable… tout a été dit, en pire)
    le mariage gay : rumeur pour ratisser homo, puis démenti pour ratisser Boutin
    Le triple A, c’était gravissime, ce n’est plus grave du tout
    La «délinquance étrangère», (l’UMP va sortir une proposition de loi, votée AVANT la présidentielle, qu’on vous dit…)
    La délinquance tout court : c’est aujourd’hui. Demain ? ah oui, le sommet social.

    Sommet social ? transformé en « Sommet de crise« , nouveau concept sémantique…
    Eléments de langage matraqués ce matin ? ce sommet sera un « dialogue » (si si), « toutes les idées sont bonnes » (non?)… Oui oui, mais Fillon annonçait déjà les mesures qui allaient être prises APRÈS le sommet-dialogue et avaient déjà été décidées AVANT…
    Pécresse a fait la même chose pour les Assises de la Recherche et de l’Enseignement…
    Les syndicats sont convoqués pour écouter, gentiment, silencieusement, courtoisement, puis pour être sur la photo quand on leur annonce les décisions, après ils se retournent pour le coup de pied au c…
    Qu’ils sont cons, mon dieu d’y aller…

    On se fout de nous à un degré qui dépasse l’imagination. Mélenchon a raison : l’opinion populaire est une vraie cocotte-minute.
    Ou MLP ramasse la mise, ou il y a plus de 50% d’abstentions, ou un oustider casse la baraque.
    Pb Bayrou : lui, pourquoi pas ? mais ses troupes sont tout ce qu’il y a de plus à droite, faux centrisme et vrai libéralisme, les durs du Parti Républicain…
    pfffffffffffffffffffff

    • Lapa

      je m’inquiète sur ta survie pour les 3 prochains mois. La campagne n’a pas encore commencée… 😉
      des couleuvres, on va en voir passer, et en avaler!

      • COLRE

        Je m’inquiète aussi pour moi, Lapa… mais je me soigne.
        Exemple, je suis tombée sur des courtes vidéos humoristiques chez les mabouls (nobody’s imperfect…).
        Elles sont appelées « Les canulars de Sarkozy », et il y en a 2 ou 3 qui sont à mourir de rire…

        Taxe Tobin :
        Sarko il y a au moins 15 ans : « la taxe Tobin est une absurdité ! car nous nous taxerons, et aucun autre pays ne le fera. On va encore le payer de 10è de milliers de chômeurs supplémentaires ! ce que vous ne comprenez pas, monsieur Hue, c’est que le monde a changé »
        (suit, évidemment, un extrait de ses déclarations récentes sur celle qu’il veut instaurer dans la seule France…)

        Oui bien le chômage :
        Il y a 5 ans, il déclarait sur un plateau télé qu’il ferait baisser le chômage à 5% à la fin de son quinquennat. « Et sinon » lui demande la journaliste ? « Alors, je dirai aux Français, c’est un échec, j’ai échoué, et c’est à eux d’en tirer les conséquences »

        Obéissons à no’t président : TIRONS LES CONSÉQUENCES…

  • Léon

    Colre, nous envisageons à plusieurs l’achat d’une île déserte, environ 2h de travail par jour pour pêcher un peu et ramasser quelques noix de coco. Le reste du temps on rigole. Ca vous tente ?

    • snoopy86

      Va pour l’île déserte …

      Pour la péche et le ramassage des noix de coco je trouverai toujours un ou deux indigénes d’une ile voisine pour le faire à ma place à pas trop cher ( rassurez-vous je suis prêt à vous en vendre ) et s’ils m »emmerdent je leur dirai :  » si toi pas sage moi voter Marine « 

  • Léon

    … à part ça, c’est un excellent rappel. 😆

  • Léon

    Bon, comme Colre a l’air grognone, voilà pour rigoler un peu :

  • Léon

    A propos de « l’internationalisme prolétarien » comme « idiot utile » de la mondialisation libérale. Un petit texte troskyste trouvé sur http://www.bolshevik.org/french/no1/Pour%20le%20trotskysme.html.
    Evidemment, l’idiot est d’autant plus utile qu’il est puissant, mais la doctrine est là.

    6. Immigration/Émigration

    Les léninistes appuient le droit démocratique élémentaire de tout individu d’émigrer où il veut. Mais comme dans le cas d’autres droits démocratiques, ceci n’est pas un impératif catégorique quelconque. Nous ne favoriserons pas l’émigration d’un individu qui poserait une menace à la sécurité militaire des Etats ouvriers dégénérés ou déformés. Le droit individuel à l’immigration, exercé sur une échelle suffisamment étendue, peut entrer en conflit avec le droit à l’autodétermination des petites nations. Par conséquent les trotskystes ne réclament pas les « frontières libres » en tant que revendication générale faisant partie du programme. L’afflux massif de l’immigration sioniste en Palestine durant les années trente et quarante, par exemple, a servi de justification pour l’expulsion forcée de son propre territoire du peuple palestinien. Nous ne reconnaissons pas le « droit » illimité des Hans d’émigrer au Tibet, ni celui des citoyens français de s’installer en Nouvelle-Calédonie, comme étant un droit absolu.

    La revendication en faveur des « frontières libres » est généralement préconisée par les libéraux/radicaux confus mais bien intentionnés, motivés par le désir utopique de rectifier, dans le cadre du système existant, les inégalités hideuses produites par l’ordre impérialiste mondial. Mais la révolution socialiste mondiale—et non l’émigration des peuples—est la solution marxiste à la misère et à la destitution vécue par la grande majorité de l’humanité sous le capitalisme.

    Nous défendons les travailleurs mexicains « illégaux » aux États-Unis appréhendés par La Migra. Nous sommes opposés à tous les quotas d’immigration, toutes les rafles et toutes les déportations de travailleurs immigrés. Au sein des syndicats, nous luttons pour la reconnaissance immédiate et inconditionnelle des pleins droits de citoyenneté pour tous les travailleurs, peu importe leur nationalité. »

    On appréciera la cohérence de ce texte. A bon entendeur, salut…

    • Lapa

      bah oui c’est très cohérent: suivant l’idéologie politique rémanente du flux de personne elle doit être encouragée ou découragée.
      Si cela contribue à faire tomber l’ordre bourgeois capitaliste colonialiste, alors c’est bon. Si cela doit se faire à l’encontre d’une culture non occidentale, donc forcément respectable, c’est pas bon.

  • Lapa

    Ouais bon décryptage. Le problème c’est le monopole qu’elle engendre sur la question de la laïcité. Après y’a qui ? Mélenchon et puis plus personne… triste.

  • Léon

    Qu’on l’aime ou ne l’aime pas, la nation sous forme d’Etat-nation et malgré les attaques qu’elle subit, constitue encore le cadre légal dans lequel il reste possible d’organiser le destin d’une communauté humaine à une grande échelle avec des lois et des institutions spécifiques. Elle n’est donc nullement un cadre communautaire comme un autre. Après les critiques pitoyables de la notion d’identité française, il faut toujours regarder d’où viennent les attaques contre la nation, contre le sentiment d’appartenance nationale.
    Actuellement on peut en recenser un certain nombre :

    – Il y a ceux qui veulent dissoudre les Etats-Nations dans un marché mondial en y abolissant tout ce qui peut gêner la concurrence libre et non faussée.
    – Il y a ceux qui préfèrent l’oumma et la charia à la nation française et aux lois de la République française.
    – Il y a les partisans de l’internationalisme prolétarien d’une certaine extrême-gauche .

    Il y a enfin les imbéciles de la gauche quantique qui, par peur de défendre une notion dont l’extrême-droite s’est abusivement emparée, se trouvent à aider et fournir des arguments aux trois premiers. Il n’y a pas besoin d’aller très loin pour le vérifier…

    • COLRE

      Exactement…
      C’est vrai que les « imbéciles de la gauche quantique » sont pitoyables. Par esprit de contradiction borné à l’égard de la gauche non quantique (en réalité leurs adversaires les plus haïs…) ils se vendent à leurs prétendus « pires » ennemis : l’extrême-droite.

      Ils redécouvrent les vertus d’une déclaration lepéniste célèbre : je préfère ma fille à ma cousine et ma cousine à ma voisine, etc. Voilà qu’ils préfèrent la famille à la communauté au terroir à leur pays à l’Europe…
      Comme si derrière cet emboîtement devait se vivre obligatoirement une hiérarchie absolue !

      Bon… laissons les imbéciles.

      Léon, je suis un peu comme toi : je me méfie de la Nation, mais c’est comme la démocratie qui est « le pire des régimes à l’exception de tous les autres »…
      Utopiquement, j’ai toujours rêvé d’une entité culturelle qui transcende les frontières nationales. L’Europe a joué une partie de ce rôle pour moi (nourrie des Lumières ou du cosmopolitisme européen à la Stefen Zweig) avant que je ne me résolve à observer que la Nation occupe une place indispensable dans la cohabitation des peuples…
      Faut faire avec, puisque la Nation est la structure qui supporte la République et ses valeurs fondatrices (dont, bien sûr, la laïcité).

      Je ne suis pas du tout opposée aux communautés (j’en avais longuement discuté avec Cosmic chez les mabouls), car là aussi, c’est humain et bénéfique. Par exemple : aimer un terroir, appartenir à la communauté scientifique, se sentir bien dans une tribu familiale, une association écolo, ou féministe, ou politique, ou défendre un club sportif de sa ville, voir une communauté spirituelle (si si, pourquoi pas)…

      Là où l’insondable bêtise l’emporte, c’est d’imaginer que ces appartenances aient à prendre le pas sur les autres, à être confondues avec la politique nationale, et surtout : imposées aux autres !

  • Léon

    Mais bien sûr, Colre, il n’y a, pour le moment, aucun autre cadre qui supporte et organise les valeurs de la démocratie et de la République et il faut vraiment être soit très con, soit en mission de destruction de ces valeurs pour faire passer l’etat-nation pour un cadre communautaire, ou même communautariste, comme un autre. C’est à peu près aussi idiot que de dire que l’athéisme ( ou même la laïcité, je l’ai déjà lu !)est « une religion comme une autre ». A force de vouloir à tous prix s’opposer on en arrive à ne plus réfléchir du tout et à raconter absolument n’importe quoi.

    • COLRE

      Alleluia ! 😉
      Il y a de l’espoir ! vexés, ils se bougent et en appellent enfin à l’universalisme des valeurs de Victor Hugo (si si)
      C’est bien de laisser choir la vieille pelure du relativisme des valeurs sociales et culturelles…

      Petite contradiction, ô si ténue mais néanmoins réelle…
      Si les valeurs républicaines françaises (liberté, solidarité, égalité, laïcité, séparation des pouvoirs, liberté de la presse, etc) étaient défendues par l’ensemble des humanistes actuels soudain « hugoliens », si elles étaient brandies comme des valeurs universelles pour le bien des peuples libres, il n’y aurait plus, en effet, d’urgence à les défendre sous l’égide protectrice de la Nation française (ou de l’Europe).

      Mais quand on vante les vertus du relativisme et abomine « l’arrogance occidentale » à prétendre détenir les valeurs universelles des droits de l’homme et du citoyen, quand on s’accomode de tous les accomodements raisonnables, il y a un couac dans le raisonnement…

  • D. Furtif

    Comme tu l’as souligné COLRE un certain couac
    Nous avions déjà entendu ce couac quand les revendication féminines avaient été qualifiées d’inopportunes

  • Léon

    Il n’y a rien à ajouter à ton commentaire, Colre ! 😆 . La nation européenne ? pourquoi pas, sauf qu’on en est encore très très loin!!!!! . Il serait bon qu’on ne confonde pas, non plus, nation et Etat-nation. Parce que à ce compte-là on pourrait aussi inventer une nation des primates ou des vertébrés.
    J’aime bien les thèses de l’ineluctabilité de l’Histoire vers des transferts de souveraineté. Sans doute des boules de cristal très performantes qui n’ont pas vu la partition récente de la Thecoslovaquie, de la Yougoslavie, de L’URSS et quelques autres pays dans le monde.

  • COLRE

    🙄 🙄 La navigation « à vue », c’est la grande mode actuelle. Le sarkosysme fait école : dire tout et son contraire, sans vergogne. Un jour l’universel, un autre la communauté, un jour la lacïcité, un autre le délit de blasphème, un jour la défense des femmes (rarement, il est vrai… 😉 ), un autre la défense de la burqa; un jour les Lumières et Victor Hugo, un autre l’islamisme modéré…
    J’ai le tournis.

  • Léon

    Voilà… C’est la navigation façon Costa-Croisières.

    • COLRE

      8) on sait comment ça finit…

      • Léon

        A part ça, je me demande où on a pu voir ici une apologie du nationalisme? Toujours la navigation à vue : quand on n’a pas de réponse à certains arguments, on répond à d’autres arguments qui n’ont pas été avancés, c’est évidemment plus facile.

  • Léon

    Certaines argumentations laissent un peu pantois… Comme Marine Le Pen s’approprie des thèmes Républicains tels que la nation ou la laïcité, c’est que, sans doute, il doit y avoir des proximités entre le FN et certains républicains de gauche (ça c’est nous…)et, suivez bien le raisonnement: c’est qu’il doit y avoir d’autres manières d’être « républicains » (que les notres, je suppose… ?)
    Alors, oui, effectivement. Citons : la République islamique d’Iran, la République islamique de Mauritanie , la République populaire démocratique de Corée ou, dans un autre genre, la République chilienne de Pinochet.

    Misère… Tiens, cela me rappelle les contorsions autour de la laïcité « ouverte », « tolérante » et bla bla bla. D’autres manières d’être laïcs.
    Marrant, c’est exactement le discours de Tariq Ramadan sur « l’adaptation de la démocratie à l’islam  » . D’autres manières d’être social et démocrate…

    • D. Furtif

      Je ne comprends point vos préventions Léon mon ami.
      Monseigneur de Ramadan n’est-il point un représentant avéré de la religion islamiste? Cette dernière étant, comme toutes ses sœurs selon les lois du royaume de Quantique, parfaitement respectable , que voudriez vous opposer et médire de ce saint homme.
      Bien sûr j’entends déjà vos citations tirées des oeuvres anciennes de nos bons amis de la Mosquée d’à coté professant tout le contraire de leurs discours présents.Rappelons nous pourtant la proximité du Rocla avec le Nain bleu le chantre de l’islamisme à résidence sur la galerie marchande. On doit lui reconnaitre son opiniâtreté
      .
      Qu’y pouvez-vous Léon ?Ce sont gens de peu de poids soumis au dernier vent qui les porte à la recherche d’idées qu’ils sont bien incapables de formuler eux mêmes , en grand danger qu’ils seraient de dire blanc le matin pour dire noir le soir.
      Le sieur Gazy s’est voulu tout d’adresse et de civilité sous des atours branchés et de bonne coupe citoyenne . Il en est arrivé à révéler, et dans quelle obscure officine, le nom de son maitre véritable .Réjouissez vous Léon , nous y gagnons beaucoup . Il nous est devenu un phare éclairant ses propres abimes où il souhaitait nous faire tous tomber.
      Nous avons à faire à des propagandistes de la soumission.
      Nous savons pourquoi.

  • Léon

    J’y reviens car je suis réellement stupéfait de l’argumentation citée plus haut. Il suffit donc que n’importe qui fasse une OPA sur des valeurs de gauche (par exemple Sarkozy se référant à Jaurès)pour invalider par principe ces dernières… Donc quand MLP, dans son programme, expose un revenu parental pour le père ou la mère, la gauche quantique doit démontrer qu’il ne s’agit plus d’une mesure de gauche, ni féministe, et donc l’abandonner et la combattre. D’autres manières d’être républicain, démocrate, féministe, laïc… Bien sûr. 👿

    • COLRE

      Moi, je suis passée de la stupéfaction à l’incrédulité, puis à l’indignation, à la colère, puis à la désillusion…
      Tu m’as trouvé l’air « grognon », mais c’était peu dire.

      Si n’importe qui peut faire des « OPA » sur n’importe quelle valeur ou n’importe quel symbole indu (Jaurès, Guy Moquet, nation…), c’est bien parce que la scène publique a de plus en plus accepté (pour toutes sortes de raisons) sans réagir (« éclater de rire », disais-je) une parole dévoyée, une disjonction totale entre le discours et les actes, entre les mots et leur signification, entre la parole et la réalité…

      Le pb est que ce mouvement s’est accéléré et Sarko y a fait son nid. Il en est devenu le moteur, puis l’archétype tellement caricatural que la France entière devrait éclater de rire dès qu’il ouvre la bouche… mais non.
      La componction des « élites » envers le Pouvoir, la connivence, les intérêts personnels ont permis cette habitude non seulement que tout le monde peut se permettre de dire n’importe quoi, mais l’ensemble des gens qui causent, maintenant grâce à internet, se disent qu’ils peuvent en faire autant… et en font autant !

      Ce qui se dit à côté, c’est cela : c’est le totalitarisme modéré, c’est le féminisme en burqa, c’est la démocratie du Parti unique, c’est le communautarisme républicain., c’est même la charia républicaine, c’est le respect gauchiste de l’excision…

      Comme le dit Furtif : c’est la religion islamiste parfaitement respectable de Monsieur Ramadan : « que voudriez-vous opposer et médire de ce Saint homme » ?

  • COLRE

    Alors là… ce que j’annonçais ci-dessus lundi dernier, la grande mascarade du Sommet « social », s’est déroulée absolument comme prévu…

    Inutile de paraphraser ce que Juan de Sarkofrance dit tellement bien, comme d’habitude :

    – Un dialogue ?… (on est prié de rire…)
    « Dès le sommet terminé, Nicolas Sarkozy est allé s’exprimer, dans la grande salle du Palais. Sa courte intervention avait visiblement été préparée à l’avance. En 8 minutes, il résuma ses mesures et son autosatisfaction. Sur la forme, ce sommet ne fut pas l’occasion d’une négociation, malgré un bref échange d’arguments réciproques. Tous les participants syndicaux et patronaux l’ont reconnu. Ils n’étaient là que pour écouter, vaguement répliquer, puis reparti et attendre les grandes décisions. »

    Juan, qui est une personne courtoise, à la différence de moi, a juste oublié le coup de pied au c… quand les syndicalistes ont tourné le dos pour repartir…

    – Les mesures annoncées à grands flon-flons par les ministres ? (on peut continuer à se marrer…)
    « Ces derniers jours, quand on évoquait le spectre d’une augmentation de la TVA, François Baroin et d’autres réclamaient pourtant de la patience: il fallait attendre le sommet, qui donc devait être conclusif. Ce ne fut pas le cas.
    Même les syndicats s’attendaient à mieux. Les deux mesures phares que le Monarque et ses ténors testent et ressassent dans l’opinion, sur toutes les ondes et dans tous les tons, à savoir l’augmentation de la TVA pour alléger les cotisations patronales et l’assouplissement des durées de travail en entreprise, n’y figuraient pas. »

    Là, la chauffeuse de salle que je suis demande un gros éclat de rire (mais je n’ai presque rien à faire)…

    – Sarko à l’écoute de ses interlocuteurs de dialogue dialoguant :
    « Pendant que les responsables syndicaux de tous bords exprimaient un à un leur déception sur le perron de l’Elysée, Nicolas Sarkozy parla à quelques journalistes accrédités à l’intérieur.

    (attention, ça, ce qui suit, c’est de l’écoute sociale de not’ président ou je ne m’y connais pas…)
    « Mesdames et messieurs, … Vient de se conclure un sommet sur la crise … (…) Nous avons eu plus de quatre heures de discussions dans un climat apaisé, avec un souci réciproque d’écoute, face à une situation économique qui est grave et une situation sur le front de l’emploi qui est extrêmement préoccupante et qui impose la prise de décisions fortes et rapides. »

    Là, le rire retombe… un grand silence, sidération… il fait froid, vous ne trouvez pas ?
    Et c’est ÇA qu’on (que vous avez) élu ????? 😯
    Moi, je trouve ça limite monstrueux.


    On peut s’estimer TRÈS heureux si notre monarque républicain ne recule pas les élections présidentielles pour cause de crise mondiale et de patrie en danger… vous verrez !