Fillon, pas l’autre…lui


Le projet de voyage musical de Dominique Fillon se poursuit.

Après un premier album piano jazz très réussi aux accents brésiliens, cubains, espagnols, cet excellent musicien nous livre tout frais sorti des presses son nouvel opus, Americas, enregistré au mythique studio CRC de Chicago, la ville jazz par excellence.

Pour l’anecdote, Dominique Fillon est le portrait craché de son grand frère ministre, il suffit juste de déplacer la raie pour s‘en rendre compte. Le plus affligeant dans l’histoire, ce sont ces villes socialistes qui vont jusqu’à lui fermer les portes des salles de concert. Où va se nicher le sectarisme ?

Ce touche à tout, autodidacte, arrangeur (une bonne oreille), directeur musical et amateur de funk, de jazz et de world music, de préférence africaine et brésilienne, a toutefois fréquenté les bancs de l’école de jazz du Mans. Après avoir fait le pianiste pour Fugain, le compositeur pour Lavil et le producteur, arrangeur pour Sanseverino, Dominique Fillon décide de se lancer dans un projet en solo, ou le piano serait l’acteur principal. Dès lors, il ne cesse de donner libre cours à ses influences éclectiques, prêt à s’enrichir de tous les apports culturels et croisements musicaux.

Ses nouveaux invités, choisis avec patience et minutie, témoignent de ce cosmopolitisme musical, batteur australien, guitaristes suédois et français, bassiste américain et il y a même une chanteuse de jazz coréenne du tonnerre (Life after you).
Un album aux accents Bossa, jazz New-yorkais, latin jazz, west coast groove.
Bref, une musique cool, sensible et enlevée, bien dans le projet de Dominique Fillon et qui laisse à chacun le soin d’apporter, sa touche, son accent, ses origines.

Un album dont on peut écouter quelques morceaux choisis, de préférence au lounge bar de Disons.fr.

Dominique Fillon vient de partir pour une tournée au Japon.
Ceux qui, comme moi, ont loupé son dernier concert de juin pourront se rattraper le 29 septembre à Paris et découvrir un plus d’Americas en live.

Americas

Dominique Fillon, piano
> Nic Cecire, batterie –
> Steve Rodby, basse
avec comme invités : Youn Sun Nah, chant – Olivier Roman Garcia, guitare – Ulf Wakenius, guitare

Lectures :3219
Notifier de
Léon
Léon

Ce Fillon-là me plaît beaucoup plus que l’autre. C’est toujours fascinant la différence de destins au sein d’une fratrie…(On pense aux Léotard aussi…)

Lorenzo
Lorenzo

Léon,
vous m’avez coupé l’herbe sous le pied á propos de fréres Léotard ;-)c’est bien agréable cette musique le matin,on peut écouter l’album intégral sur Music Me.

rocla
rocla

Bien vu Yohan , ce Fillon mérite .

Très bons morceaux originaux .

A quand un artic sur Mélodie Gardot ?

D. Furtif
D. Furtif

Ça me fait penser aux Fragonard l’artiste et à l’autre , Honoré, son cousin anatomiste qui disséquait les cadavres.(2)
Jean Honoré le virtuose de l’escarpolette et du verrou

Qui des deux Fillon attend impatiemment nos cadavres?

maxim
maxim

pour la joie des amateurs et des inconditionnels dont je fais partie,le Jazz revient et nombre de jeunes formations nous en livrent une brillante démonstation ..

je ne savais pas que le Premier Ministre avait un frangin Jazzman…

chacun sa voix …

maxim
maxim

sa voie ..pardon.

rocla
rocla

Ce soir sur la 3 22h30 environ jazz à tous les étages .
Parole d’ Emile .