Alerte au feu :les subprimes à la Sarkozy, en avant toute vers le gouffre

Marianne vient de remarquer [1] que le Projet de Loi de régulation bancaire et financière que l’Assemblée examine cette semaine inclut l’instauration d’une « titrisation » des prêts immobiliers consentis par les banques, d’une façon tout à fait similaire à celle des subprimes qui ont déclenché la crise financière actuelle, avec les dégâts que l’on connaît et qui n’ont pas fini de faire des petits.

Ce projet prévoit en effet de créer des « sociétés de financement de l’habitat »[2], établissements financiers auxquels les banques vendront leurs prêts immobiliers et qui émettront en contrepartie des obligations à l’habitat, titres de créances qui seront donc adossés aux prêts bancaires, qui pourront s’échanger comme toute valeur mobilière sur les marchés.

C’est précisément ce mécanisme, qui libère la banque de la nécessité de trouver des emprunteurs solvables, qui a conduit à l’écroulement du système US connu sous le nom de subprimes. La banque se dégageant du risque de défaillance de son client en revendant purement et simplement sa créance, elle peut fourguer tranquillement à des pauvres gens des prêts que de toute évidence ils ne pourront jamais rembourser, revendre son risque en même temps que sa créance, avec un copieux bénéfice au passage, et se laver les mains de la suite des événements.

Les acheteurs de ces obligations à l’habitat, qui recouvriront des situations totalement disparates et dont le risque sera impossible à évaluer, ne pourront qu’espérer que les prêts seront remboursés et que cette chaîne de dupes ne cassera pas comme celle des titrisations des subprimes sous l’effet de la rapacité des banques et d’un retournement du marché de l’immobilier.

Bravo M. Fillon, bravo M. Sarkozy : les financiers vont s’en mettre plein les poches pendant quelques années, jusqu’au moment où les créances deviendront pourries et où le système s’effondrera. Il est vrai que c’est sans doute alors le contribuable qui renflouera banques et fonds d’investissement, en toute logique libérale.

Ph. Renève

[1] http://www.marianne2.fr/Exclusif-les-banques-relancent-les-subprimes-a-la-francaise_a193573.html

[2] Extrait du projet de loi

« Les sociétés de financement de l’habitat

« Art. L. 515-34. – Les sociétés de financement de l’habitat sont des établissements de crédit agréés en qualité de société financière par l’autorité de contrôle prudentiel.

« Les sociétés de financement de l’habitat ont pour objet exclusif de consentir ou de financer des prêts à l’habitat (…)

Pour la réalisation de leur objet, les sociétés de financement de l’habitat peuvent :

« 1° Consentir à tout établissement de crédit des prêts garantis par la remise, la cession ou le nantissement de créances (…)

I. – Pour le financement des opérations mentionnées à l’article L. 515-35, les sociétés de financement de l’habitat peuvent émettre des obligations appelées obligations à l’habitat »

Lectures :2903
Notifier de
D. Furtif
D. Furtif

Ce serait malheureux de ne pas en profiter quand on s’est donné les facilités juridiques faites pour.

Beaucoup mieux qu’aux « States » , si on a dépénalisé le droit des affaires , c’est quand même pour en profiter…
C’est merveilleux la politique ,ça permet de faire des lois

ça permet de poursuivre les gens qui sont dépouillés, voire de les mettre à la rue ,

et ça permet de laisser courir les vautours.

C’est marrant ça me rappelle les farces autogestionnaires. La liberté pour les renards libres de gérer leurs affaires de renards dans un poulailler libre.
Remplacez poulailler par Marché.

Léon
Léon

Intéressant. Mais est-ce vraiment une titrisation ? Créancier, débiteur et contrat de prêt restent déterminés, non ? Un marché des créances hypothécaires a toujours existé. Je ne pige pas trop… La banque consent un crédit immobilier à un client et émet comment l’obligation qui permet de céder ce prêt ? C’est une obligation par contrat ou elle regroupe les contrats, ce qui serait effectivement une titrisation ?

Léon
Léon

D’accord Philippe, mais, encore une fois ce marché des créances hypothécaires a toujours existé. Je ne pige pas où est l’innovation. Pour les effets de commerce, le créancier, si le débiteur est défaillant, peut se retourner contre l’un quelconque des endosseurs. Peut-être est-ce le cas ici aussi ? Ou peut-être pas.
A suivre en tous cas…

Léon
Léon

D’accord. Faudra suivre cette histoire bizarre.

D. Furtif
D. Furtif

Dans un grand mouvement libéral on va mettre en vente des titres au même prix intéressant pour tous…Mais certains auront les lunettes pour voir ce qu’il y a dedans et d’autres pas.

Et qui aura les lunettes?
Le vendeur de ces titres bien sûr , pas l’acheteur.

Toute cette histoire a déjà été racontée , tout le monde connait la fin…Ça ne fait rien on continue ….
Le but est de donner une bouffée d’oxygène, même fictif , juste pour donner une illusion de reprise, même à très court terme, un semblant d’activité , une fausse embellie en papier buvard mâché…Quelques articles dans les journaux , quelques chroniqueurs sur la 5 et hop ça vous fait un mouvement d’opinion. On s’en fout que ça ne tienne pas longtemps ça colle parfaitement avec les plans de ceux qui montent ce barnum.C’est pas fait pour durer c’est fait pour servir vite ➡ fin 2011 printemps 2012 on remballe et on passe à autre chose…