A qui profite le crime ou neuneuland au pays d’Agatha Christie.

[ Réédition de l’article de Lapa publié en mai 2011]

La phrase toute faite, le prémâché de l’argumentation, le surgelé du commentaire, bref le plat qu’on sort tout fait, avec rien à ajouter par manque de temps ou de compétence c’est bien celle-ci:

À qui profite le crime?

Interrogation néo-pronétarienne, qu’on retrouve sous la plume des amateurs d’actualité qu’on a gratifiés d’un outil dont auraient rêvé les plus grands penseurs, philosophes, savants et sages de tous les temps: la capacité à s’exprimer, quasi librement, face à des millions de personnes à travers le monde. Elle est à toutes les sauces: dans les titres des articles, dans les paragraphes, dans les commentaires… y’en a toujours un qui se croit malin en rapportant son doute, supposé faire de lui (ou d’elle) une personne qui « s’interroge » via cette périphrase, qu’on aura bon ton de supposer lourde de sens et preuve que ladite personne n’est pas née de la dernière pluie. C’est bien simple après le point Godwin, je propose la création d’un point Agatha Christie ou Sherlock Holmes: dès qu’on fait référence comme argument  à cette interrogation usée jusqu’à la corde qui n’a plus aucun sens.

Cette expression je la vomis, je la conchie, c’est simple : quand je la vois, des envies irrépressibles m’habitent.

Quatre  points sont à rappeler pour réfuter toute argumentation  échafaudée sur cette seule  périphrase.

  • Premièrement elle n’est jamais la seule argumentation d’un enquêteur, dans les romans policiers, Hercule Poirot s’intéresse évidemment de savoir qui pourrait profiter du crime afin d’obtenir un mobile, mais il faut lui reconnaître qu’il n’omet aucune des pistes que les faits indiquent. C’est par les preuves et le raisonnement (les petites cellules grises) que le détective va cerner la culpabilité pour obtenir le fameux trio: opportunité, moyen, mobile. Le tout bien sûr, qui ne reste pas sur une construction purement intellectuelle ou mentale, mais bien assorti de preuves valables. Cette interrogation ne s’autosuffit pas contrairement à ce que certains pourraient croire.
  • Deuxièmement, il convient de différencier ce que les mathématiciens appellent une équivalence, d’une implication.  Afin d’éviter les fameux sophismes.  Si 4 est un nombre pair, un nombre pair ne sera pas forcément 4. De même, si le meurtrier profite du crime, toute personne profitant du crime n’est pas le meurtrier (exception faite du fameux Orient Express). C’est d’ailleurs sur ce tableau que jouent les auteurs de roman policier puisque le lecteur découvre au fil de l’intrigue tous les intérêts, évidents ou non, qu’avaient les protagonistes dans la disparition de la victime: le principe étant de les soupçonner tous. Ne prenons pas les choses par le mauvais bout de la lorgnette!
  • Troisièmement, cet argument est un argument de mise en abyme ou de degré n: doit-il tenir compte des effets de balanciers? Un exemple: les attentats de Madrid ont mis à mal le gouvernement de l’époque et ont permis la victoire des socialistes en Espagne. Ces derniers ont donc profité du crime. Sont-ils coupables pour autant? À partir de quel degré peut-on considérer que quelqu’un profite d’un fait? C’est une notion très subjective.
  • Enfin quatrièmement: généralement ce procédé n’est pas appliqué au crime en lui-même mais aux conséquences de ce crime. Un exemple avec DSK: le crime (supposé) est une tentative de viol. Mais le raisonnement « à qui profite le crime? »  est ici utilisé non pas pour le fait réel ou supposé (ce serait évidemment DSK…), mais pour les réactions qu’induisent la recherche de la vérité sur ce fait. On en vient donc au fait que le crime ce n’est pas la tentative de viol mais bien la mise en accusation de DSK. C’est évidemment une altération complète de la recherche de mobile, considérant que le second degré d’analyse prévaut sur le premier. Mais dans ce cas pourquoi ne pas voir un troisième degré d’analyse: à qui profite le fait qu’on pense que c’est untel qui profite de…. etc… Un cercle sans fin.

Voilà, comme vous le voyez, banissez à jamais ces interrogations idiotes de petits amateurs de romans policiers. Et pour ceux qui donnent à cette expression une place de choix dans leur arguties citoyennes, ne leur répondez que par du mépris.

Lectures :5586
31 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Buster
Membre
Buster
18 mai 2011 9 h 01 min

Je proteste vivement Lapa, pourquoi pas un point Clouseau ? Serait-ce parce qu’il a le tort d’être bien Français et que votre intellectualisme vous oblige à chercher vos exemples dans le monde anglo-saxon ? in Wikipedia : Jacques Clouseau est un personnage de fiction créé par Blake Edwards et Maurice Richlin en 1963 dans le film La Panthère rose. Biographie fictive Jacques Clouseau est un inspecteur de police de la Sûreté française. Sa carrière professionnelle est liée à celle d’un diamant, la Panthère rose, qu’il devra de nombreuses fois protéger et retrouver. Dans le premier opus de la série, où il joue un rôle secondaire, il est chargé d’arrêter le gentleman-cambrioleur Sir Charles Litton qui convoite la Panthère Rose. Il est marié à la belle mais infidèle Simone Clouseau à qui il voue une confiance aveugle alors même qu’elle est la maîtresse et l’alliée de Litton. A la fin de l’histoire, Clouseau est victime d’une machination du cambrioleur qui le fait passer pour l’auteur de ses méfaits. Dans le second opus, Clouseau a été vraisemblablement libéré de prison après les prochains coups de Litton et a quitté sa femme. Il tombe amoureux d’une jeune femme de ménage, Maria Gambrelli que tout désigne comme une meurtrière mais qu’il persiste à croire innocente. L’avenir lui donnera raison et il découvrira l’identité du véritable meurtrier. Description L’allure de l’inspecteur Clouseau est indéniablement liée à sa caractéristique principale : sa maladresse. Il est vêtu d’un imperméable beige et d’un chapeau. Il porte des gants et a toujours une moustache. Quand il mène l’enquête sous couverture en pays étranger, il va chez un ami costumier pour prendre des déguisements. Sa culture douteuse lui fait mettre des accoutrements qui passent difficilement inaperçus. Personnalité Clouseau est donc maladroit, mais aussi gaffeur. C’est au hasard et à la chance qu’il doit de résoudre ses enquêtes. Véritable cataclysme, il sème un vrai désordre sur son passage, que ce soit en menant l’enquête ou juste en rentrant chez lui. Assez intelligent, il a souvent besoin que les autres personnages lui fassent remarquer un détail important, auquel il répond : « Je le savais ». Clouseau est en effet très digne et se relève toujours de ses chutes avec fierté. Il est d’ailleurs aussi endurant qu’un personnage de Cartoon. . . Vous dites : « Voilà, comme vous le voyez, banissez à jamais ces interrogations idiotes de petits amateurs de romans policiers.… Lire la suite »

Léon
Léon
18 mai 2011 9 h 20 min

Oui le point Clouseau, c’est pas mal. Adopté.

Le peripate
Le peripate
18 mai 2011 9 h 29 min

Michel Brunet paleoanthropologue dans ses conférences au Collège de France (disponible en Podcast) insiste toujours sur la persistance de l’esprit creationniste, ou des versions téléologiques de l’évolution.
Tout effet a une cause, mais rien ne dit si cette cause est intentionnelle. C’est là l’erreur pre scientifique, croire que toute cause est intentionnelle. Ceci ressemble beaucoup à l’animisme.
Évidemment cette pensée est une simple permutation d’une autre illusion l’esprit constructivisme : on passe sans effort de l’idée de changer le monde à l’idée que le monde a été changé à notre insu.

yohan
yohan
18 mai 2011 10 h 49 min

La Poirot attitude ?

D. Furtif
Administrateur
D. Furtif
18 mai 2011 12 h 58 min

Tout cela est bien beau mais le texte et les commentateurs baignent tous dans un jus planplan de logique partagée.
« Si il a fait quoi , c’est parce que etc etc… »

Pas un n’évoque la seule explication valide: l’existence de Loups Garous.

On ne peut qu’être déçu qu’un tel site animé par l’auteur entouré de si brillants esprits n’ait à aucun moment envisagé la seule réponse à beaucoup de questions posées depuis le 11Sept 2001.
Que vous faut-il donc comme preuve.

Castor
Membre
Castor
18 mai 2011 16 h 36 min

« Des envies irrépressibles m’habitent »…

Sur un malentendu, on envoie à Rikers Island, attention !

Castor
Membre
Castor
18 mai 2011 17 h 04 min
Reply to  Lapa

:mrgreen:

Léon
Léon
18 mai 2011 17 h 46 min

A part ça c’est un bon article qui clarifie bien ces argumentations à la con. J’avais trouvé un point Godwin, va falloir que je cherche un point Clouseau.

Buster
Membre
Buster
18 mai 2011 19 h 21 min
Reply to  Léon

Je viens de te l’envoyer.

Léon
Léon
18 mai 2011 19 h 55 min

Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah, voilà le point Clouzeau !

D. Furtif
Administrateur
D. Furtif
18 mai 2011 21 h 44 min

Merci Buster
Tous les criminels pour la simple beauté du geste te remercient

COLRE
COLRE
19 mai 2011 0 h 12 min

Rappel salutaire, Lapa…
Au début d’AV, je croyais que seul momo©, les soucoupistes et les truffiers utilisaient, en toute mauvaise foi, cet argument débilissime, et j’ai fini pas découvrir que non, ils ont fini par s’autopersuader du bien-fondé de leur potion magique.
Je préfère la mauvaise foi (car ça se soigne et ça se contre) à la stupidité abyssale… Mais je finis par m’inquiéter de la santé mentale sécrétée par internet…

D. Furtif
Administrateur
D. Furtif
20 mai 2011 13 h 11 min
Reply to  Lapa

Une grande loi de l’Univers.
_ Les méchants, eux, se reposent.

ranta
Membre
ranta
20 mai 2011 12 h 47 min

Bien dit Lapa, et bien expliqué.

D. Furtif
Administrateur
D. Furtif
10 décembre 2011 9 h 36 min

J’en connais un qui s’est fait remarquer « ailleurs » . Il était là, à chaque fois, à chaque traitement curatif à l’ail ou au thym, à chaque Krop circle, à chaque gramme de nanothermite, à chaque poil de l’extra terrestre poilu….Non je n’ai pas dit qu’il était caché derrière chaque feuille de Papier Q des WC de l’homme qui ne les fréquentait pas….
.
Et à chaque fois , de son ton sentencieux et vénérable:
 » « Je m’interroge , l’enquête n’est pas close »
« Il faudrait une enquête nindépendante »
.
La posture soigneusement étudiée pour impressionner le chaland .

.
Alors point Sherlock ❓ point Clouzeau ❓ Effectivement il y a là une question non résolue
Permettez moi de m’interroger encore un peu 😆

ranta
Membre
ranta
11 décembre 2011 2 h 01 min

Ainsi certains chercheraient les limites du fauxcultisme. Je tiens à les rassurer, elles tendent vers plus et moins l’infini, et ils le prouvent.
En revanche, les limites de la bêtise, ils les reculent tous les jours, avec cette prouesse de dépasser l’infini :
 »
Philippe Renève a dit…
Une remarque en passant, à propos de choses futiles sur un site qui s’y consacre avec succès.
Je suis toujours éperdu d’admiration devant le génie de ces surdoués modernes qui en quelques lignes pertinentes mettent à bas des siècles de sagesse des peuples et du droit. Faire du petit bois du dicton « cherche à qui profite le crime » est une admirable entreprise quand on songe que le droit romain disait déjà « Is fecit cui prodest ».
Tout cela afin de tordre la logique dans une affaire de fesse politique; décidément, si l’esprit humain régresse parfois, le progrès des imbéciles se porte bien. »

 »
Magnifique démonstration !
« Lacrima a dit…
« Is fecit cui prodest »
Je pense qu’ils essaient maladroitement de se disculper quand on les accuse d’ être alliés objectifs de l’extrême droite xénophobe.
Il est plus facile de s’arranger avec sa mauvaise conscience qu’avec sa mauvaise réputation.

Much better that’s even expect, « on » vient de détecter un trou noir cérébral…Youpeeeeee!

« Philippe Renève a dit…
Très juste, Lacrima, et magnifique citation !
Les lourds penchants vers l’extrême-droite de gens prétendument de gauche ne peuvent que s’accompagner en effet d’une hypocrisie qui justifie l’injustifiable par des acrobaties rhétoriques qui ne trompent personne. »

Steven hawking ,lui même, a expliqué que se prétendre philosophe sans être scientifique est un non sens . Lapa les emmerde; profondément. C’est que Lapa raisonne de manière scientifique, et présente ses arguments comme une démonstration mathématique. Et ça ne souffre pas de discussion perturbant « l’ancien cadre banquaire » qui en matière de maths s’est arrêté aux intérêts composées
Continue Lapa, moi j’aime ce que tu écris.

Léon
Léon
11 décembre 2011 9 h 58 min

Ce qui est le plus drôle, dans l’histoire, c’est que Lacrima, qui a visiblement un tempérament de curé-confesseur utilise exactement l’argumentaire bidon « des intentions cachées ». Lapa dans son article dénonce cet argument de « à qui profite le crime » en expliquant que s’il est indispensable il ne saurait, et en aucune manière, constituer à lui seul une preuve mais ça nos couillons de chez TLIMIEB ne l’ont visiblment pas lu. Nos directeurs de conscience préfèrent y voir une intention cachée, celle de nous dédouaner de je ne sais quelle alliance objective avec l’x-droite (tiens, voilà aussi un autre argument à dénoncer comme alibi à toutes les lâchetés politiques…). Et ce n’est pas parce qu’on le dira en latin qu’on en sera plus intelligent…

La démonstration de Lapa est lumineuse et imparable et de toutes manières, on cherchera en vain le moindre argument pour la démonter. C’est facile de juste affirmer qu’on a « de lourds penchants vers l’extrême droite, qu’on justifierait l’injustifiable par des acrobaties rhétoriques » et je ne sais quoi encore. Encore faudrait-il être capable de le démontrer, de l’argumenter. Mais non, il n’y a que le trou noir de la pensée, l’impuissance et donc l’insulte parce que l’on ne peut faire autrement : ( oui, c’est un insulte, même si elle ne comporte pas de grossièreté.)

COLRE
COLRE
11 décembre 2011 11 h 14 min
Reply to  Léon

Tout-à-fait.

Après l’argument « des intentions cachées » : puisque l’article est fait « pour se dédouaner »…

… voici l’argument ad personam/hominen : l’article est nul et non avenu puisqu’il est écrit par qqu’un qui a « de lourds penchants vers l’x-droite » « prétendument de gauche » (ça, c’est le point momo).

Une citation qui leur va comme un gant :

« L’argument ad hominem attire les penseurs paresseux, qui préfèrent ridiculiser ou diminuer une personne plutôt qu’examiner sérieusement un point de vue différent. »

« Une tactique empruntée par ceux qui n’en sont pas capables pour attirer l’attention sur autre chose que sur l’argument lui-même, souvent vers quelque chose qui se rapporte à la personne ayant énoncé l’argument. »

D. Furtif
Administrateur
D. Furtif
11 décembre 2011 16 h 53 min
Reply to  Lapa

Lapa,bonjour à toi
Il est illusoire et vain de s’inscrire dans ce faux affrontement argumentaire. Même dans la discussion la plus vive les adversaires conviennent que 2 et 2 font 4 et sont d’accord sur ce qui est le jour et ce qui est la nuit.
Ici nous n’avons que des axiomes à priori, le premier étant celui d’un islamisme modéré concept flou et mouvant n’ayant jamais été défini, même et surtout par ceux qui l’avancent.
On peut dire que ce concept jamais défini est le meilleur moyen d’ouvrir la voie à celui encore plus ahurissant de charia modérée.
Ce qui permet l’affirmation d’une excision modérée et d’une lapidation modérée.
Nous n’avons à faire qu’à des imposteurs jouant de la syntaxe et du lexique à des fins de parade et d’auto justification.
Nous avons ici une prétendue gauche qui réclame comme revendication extrême le statut quo comme idéal politique, statut quo habillé à la mode quantique du vocable paix sociale.
Avec ça on arrive à comprendre et voir où nous mène leur autre affirmation fondatrice : toutes les sociétés sont respectables.Tous les archaïsmes oppresseurs et toutes les idioties révélées sont respectables.
La Soumission, la soumission pour toujours….
L’abrutissement des esprits dans les litanies des madrasa n’a pas obtenu plus révoltantes conclusions.
Car toutes les madrasas sont respectables pour ces pitres

COLRE
COLRE
11 décembre 2011 22 h 08 min
Reply to  Lapa

Dimanche dernier je plaisantais sur « not’voisin aviné » qui piochait dans son « dictionnaire analogique d’injures »…
Je ne me trompais pas, car aujourd’hui qui est encore dimanche : rebelotte. ❗
Cette nouvelle journée de repos bien arrosé produit chez lui sa nouvelle fournée d’injures grasseyantes, et le plus drôle c’est qu’à la suite de mon commentaire pour rire il a découvert une nouvelle invective : alcoolo… 🙄
Quelle imagination !

Même votre ex-ami s’y met ! lui, le policé qui professait de refuser l’invective sur AV se met à l’expectoration et aux grossièretés sous la ceinture !…
Je trouve cela inquiétant ce flot de haine… J’hésite entre Clochemerle et les périodes pré-guerre, les insultes « anti-boches » en 14…
Je préfère Clochemerle, c’est sûr… ou la guerre des boutons : c’est le niveau !

Qu’ils se sentent blessés à mort et veuillent se venger dans l’injure, c’est des choses qui arrivent. Débiles, mais les haines recuites d’un voisin qui sort son fusil pour une branche qui dépasse dans son jardin, c’est connu.

Mais tant d’exécration et de rancoeur, ça rend complètement crétin 😯
J’avoue qu’une petite visite par semaine sur TLMIB, c’est encore trop pour moi.
Lapa a raison : c’est à la fois triste et grotesque. 🙄

ranta
Membre
ranta
12 décembre 2011 2 h 05 min
Reply to  Lapa

 » Ce n’est pourtant pas faute d’y avoir été invité il ya quelques temps par le même qui aujourd’hui essaye de se gausser de ce que j’écris ici. »

Il existe donc un bois de Boulogne virtuel 😥

Causette
Causette
11 décembre 2011 12 h 02 min

Ah! il n’y a pas que MomoSSe qui offre des certificats. Il s’est fait des adeptes – on dirait que sa propagande a quelque efficacité sur le gogol moyen à force d’être répétée

Causette
Causette
11 décembre 2011 12 h 08 min
Reply to  Causette

j’ai oublié 🙄

Continue Lapa, moi j’aime ce que tu écris (© Ranta) 😉

COLRE
COLRE
11 décembre 2011 13 h 49 min
Reply to  Causette

« MomoSSe… sa propagande a quelque efficacité sur le gogol moyen à force d’être répétée »
Encore une technique de propagande : l’argumentum ad nauseam… à force de répétition d’une intox ou d’une calomnie, ça finit par s’insinuer dans les esprits et dégoûter les gens honnêtes de s’exprimer… C’est l’un des buts ❗

Vox.
Vox.
11 décembre 2011 14 h 43 min

Dans mes débuts sur AV, quand je lisais les articles de Mo en diagonale vu leur longueur,
et dans la mesure où je suis anti-CIA, j’y trouvais des arguments qui me convenaient.
Mais quand on tente de lire l’article d’un bout à l’autre, ça cloche : une fausse cohérence, des énoncés curieux, qui font penser à une mauvaise synthèse : plusieurs textes ? plusieurs auteurs ?
(ça demande vérification),
puis dans la lecture de certaines phrases, il semble que des mots (islamophobe par ex) s’y retrouvent artificiellement.

Mais là encore, je ne l’affirme pas catégoriquement, c’est juste une impression, et ça demande vérification, mais je n’ai pas la force d’y retourner.

Par contre, si c’est fait pour, à force de répétition, s’insinuer dans les esprits, c’est peut-être raté : c’est du coté du trop, et l’excès finit par nuire.
Cet excès fait fuir non seulement les opposants à l’argumentaire, mais aussi ceux qui, admettant certains arguments de fond, n’y retrouvent pas leurs petits,
noyés qu’ils sont dans une production de pure forme, dont le but véritable n’est pas clair-clair. Pour moi.

ranta
Membre
ranta
12 décembre 2011 2 h 08 min
Reply to  Vox.

Bah, c’est moins subtil que ça. les propos de moriSSe sont pour les fans, et son vrai message est dans ses commentaires : t’es nazi (la plupart) ou pas.