Le discours suréaliste de Sarkozy sur le respect des religions

Lectures :2249

Le 25 Janvier 2012, Sarkozy a fait son « Delanoé national »,  et a passé la robe du mystique religieux pour aller à la pêche à la considération communautaire religieuse. Il a donc prononcé ses vœux aux autorités religieuses de France, depuis le cardinal jusqu’au président de l’union boudhique de France, les présidents des cultes musulmans et autres grands rabbins (on regrettera l’absence des cultes Vaudou, scientologistes, Raëliens, soucoupistes, satanistes, mormons et autres). Passons sur le comique de présenter ses vœux à des religions dont le calendrier d’ailleurs n’accorde pas véritablement d’importance au 1er janvier 2012 puisque ils n’est pas en 2012 pour la plupart.

En soi ce discours s’inscrit dans le ratissage des voix de la campagne électorale le vivre-ensemble et la considération républicaine pour la liberté de croyance d’autrui. Rien de bien méchant. Quoiqu’en grattant un peu…voyez par vous même:

Vous le trouverez ici:

http://discours.vie-publique.fr/notices/127000197.html#

Je vous mets ici quelques extraits, on passera sur le style qui se réclame clairement de la pommade dans le dos:

Le calme et la sérénité qui règnent dans cette assemblée montrent que la République a permis de construire les conditions d’une coexistence pacifique, harmonieuse, amicale entre les religions sans être, pour autant, jamais intervenue dans le débat religieux lui-même.

Effectivement, heureusement que la République n’intervient pas dans le débat religieux, mais cette phrase peut prêter à confusion, car  si le débat interne concerne le sexe des anges, cela n’a pas du tout le même impact sociétal que de débattre de l’égalité-homme femme en droit. Si la République n’a que faire des débats internes, elle ne doit pas pour autant s’exonérer de prendre ses responsabilités concernant les discours et actes religieux qui impactent notre société et notre pays et doivent s’accorder à la loi républicaine.

La République doit assurer à chaque citoyen le droit – c’est un droit – de pratiquer le culte de son choix.

Chacun doit pouvoir pratiquer dans la dignité et c’est la raison pour laquelle, avec Claude Guéant nous avons souhaité qu’il soit mis un terme aux prières de rue et que les musulmans puissent accomplir leur devoir religieux dans des conditions convenables. La prière n’offense personne, la prière n’agresse pas, la prière n’insulte pas mais c’est offenser ceux qui prient que de les faire prier dehors, au beau milieu de la voie publique !

Alors là ça pose débat: la République assure la liberté de croyance et de culte mais assurer le droit de pratiquer peut parfaitement s’entendre par: donner les moyens de pratiquer. Ce qui est en contradiction avec la loi de 1905. En résumé il y a une énorme différence entre: je vous laisse librement croire à ce que vous voulez et pratiquer votre culte et je m’assure que votre droit à pouvoir célébrer votre culte est respecté; donc je suis responsable si vous ne pouvez pas pratiquer.

La deuxième partie est plus retorse encore. La phrase peut être comprise comme: c’est une honte de faire prier ses fidèles dans la rue, donc en gros: messieurs les responsables du culte musulman, débrouillez-vous pour que cela cesse car vous offensez vos fidèles. Bien entendu, la lecture du double sens est évidente. On peut comprendre que c’est une offense faite aux musulmans de les laisser prier dans les rue, de la part de la République. Associée avec la phrase du dessus, comme quoi la République doit assurer le droit de pratiquer, on a une association toute faite: messieurs les responsables politiques, n’offensez pas les croyants et donnez-leur les moyens de pratiquer leur culte.

Un double langage lourd de conséquences.

Chacun doit pouvoir pratiquer le culte de son choix.

À ce propos, je me félicite que les agressions contre les symboles religieux aient été quasiment contenues en 2011[**] même si je reste préoccupé par leur nombre et par ce qu’elles révèlent de bêtise, de haine de l’autre et donc de dégoût de soi chez ceux qui commettent de tels actes.

Les cimetières chrétiens et les petites chapelles isolées de nos campagnes sont l’objet d’agressions revendiquées par des «satanistes», l’imbécilité qui se cache derrière ce genre d’inscriptions permet de penser que ces gens ne savent évidemment pas de quoi ils parlent. Monsieur le Cardinal, cher André Vingt-Trois, si vous m’en donniez l’autorisation, je dirais même qu’ils ne savent pas ce qu’ils font. Ce qui est la caractéristique de l’imbécilité profonde.

Ces profanations sont inacceptables.

Les cimetières juifs, les cimetières musulmans sont, eux, victimes d’actes authentiquement racistes et authentiquement xénophobes. Chacune de ces profanations est indigne mais j’ai été tout particulièrement scandalisé qu’au cimetière de Carcassonne, on ose profaner les tombes de soldats musulmans morts pour la France, sur les champs de bataille de la Grande Guerre. On a osé inscrire des injures raciales et des slogans nazis sur la tombe de soldats qui ont donné leur vie pour notre pays ! C’est inacceptable. Ceux qui ont fait ça doivent être attrapés et châtiés.

Monsieur le Recteur de la Grande Mosquée de Paris, Monsieur le Président du Conseil français du Culte musulman, sachez-le bien, ceux qui ont insulté vos morts ont insulté l’armée française, ils ont donc insulté la France, oui la France tout entière. Profaner la tombe d’un spahi algérien ou d’un tirailleur marocain tombé sur la Marne, en Artois ou à Verdun, c’est exactement comme profaner la tombe du soldat inconnu. C’est une insulte au souvenir de cette immense armée des morts auxquels  nous devons la liberté d’être français. Cette insulte ne restera pas sans réponse.

À Lille, c’est une synagogue qui a été la cible à de multiples reprises de dégradations. J’ai bien dit une synagogue, comme si ces lieux de cultes sacrés pour les juifs ne devaient pas l’être pour nous tous. Ces lieux sont sacrés pour les juifs parce que c’est là que se célèbre l’Alliance à travers la lecture de la Torah, mais, depuis la Nuit de Cristal, ces lieux – je veux dire les synagogues – devraient être sacrés pour tous ceux qui ne peuvent pas voir une synagogue profanée sans frémir. Souvenons-nous que cette nuit-là, les flammes qui s’échappaient des synagogues incendiées annonçaient celles, plus terrifiantes encore, de l’Holocauste. Monsieur le Grand Rabbin, Monsieur le Président du Consistoire, chaque insulte badigeonnée sur l’une de vos synagogues est pour chaque juif comme le retour des menaces du passé et pour chacun de nous, une insulte à la mémoire de la Shoah.

C’est insupportable, c’est impardonnable.

Là on arrive à du très lourd. Suivant que vous soyez chrétien, juif ou musulman, la profanation n’est pas également condamnable par l’Etat. Sarkozy entérine donc, de fait, la discrimination post-mortem des citoyens. On hallucine devant ces propos qui tiennent du café du commerce « bah les jeunes satanistes qui jouent aux jeux vidéos ont bien le droit de faire des petites bêtises dans les chapelles, isolées, ou des cimetières qui, limite, leur tendaient les bras;  bien évidemment la contrepartie pour les autres confessions est terrifiante: des exemples de gens morts pour la France et la sempiternelle allusion à la Shoah, terrible infamie inhumaine. Pensez-donc que les quelques sépultures brisées et croix renversées et tombes taguées de pauvres chrétiens ne font pas le poids. (On notera avec bonheur l’utilisation par le Président à l’adresse de son copain cardinal de la phrase biblique « ils ne savent pas ce qu’ils font ». Pour un peu, Sarkozy c’est Jesus en personne. Bientôt va-t-il leur demander de tendre l’autre joue?)

Cette discrimination des actes discrimine en fait directement les personnes par apposition et a priori: la profanation est forcément juste une broutille d’adolescent quand elle s’attaque aux cimetières chrétiens , et forcément un acte raciste insultant la France quand elle s’attaque à d’autres.  On retrouve donc là le principe de la discrimination positive: une personne est plus valable qu’une autre, uniquement à cause de facteurs dont elle n’y est pour rien, comme son origine. Ridicule et dangereux.[*]

Faut-il revenir sur l’association systématique de racisme avec la religion musulmane? Si cette association est valable, bien que discutable, avec la judéité qui est donnée par le sang cependant que les exemples dans l’Histoire ont montré que l’antisémitisme procédait bien par racisme (le fait d’être croyant ou non n’importait pas pour  les nazis pour vous déporter); on croit encore rêver qu’au plus haut niveau de l’Etat il soit encore une fois amalgamés religion et race. On pourrait croire que le but est tout simplement de pouvoir placer toute critique à l’encontre de certaines religions sous le coup des lois anti-racisme; une concession envers une communauté en quelque sorte. Le terreau du quantisme.

Cela ne veut pas dire que les églises, dans la mesure où elles respectent la Loi, sont interdites de parole et cela ne veut pas dire que votre parole ne doit pas dépasser l’enceinte de vos lieux de culte, singulière conception de la démocratie. Chacun aurait donc droit à la parole sauf vous.

De la part d’une personne voulant recréer le délit de blasphème c’est quand même très osé! Le problème n’est pas que la religion n’ait rien à nous dire en dehors des lieux de cultes, le problème est: peut-on et pourra-t-on contredire ce que la religion sortira en dehors des lieux de cultes?  Ne rien dire quand on affirme que le monde s’est crée en 7 jours ou que le chien est impur, la femme pas l’égale de l’homme… n’est-ce pas simplement faire l’apologie de l’ignorance criminelle?

Le reste du discours est un mélange de langue de bois et de cirage de pompes qu’il ne serait pas inintéressant de critiquer ultérieurement si vous êtes volontaires.

Ni la République, ni les musulmans de France ne sont tombés dans le piège grossier qui leur était tendu par une poignée d’extrémistes, nous devons nous en féliciter.

Aussi, je veux dire combien j’apprécie la façon dont chacun de vous tient en respect la provocation sous quelque forme que ce soit et d’où qu’elle vienne.

Placée judicieusement après les profanations, cette partie sur la critique religieuse est savoureuse de la part de celui qui préférait l’excès de caricatures à l’absence de caricature. D’une part elle permet de faire le lien et de mettre sur le même plan des profanations et des exercices plus critiques, comme une pièce de théâtre ou des dessins de prophète; et d’autre part de considérer la critique religieuse sous le vocable « provocation ».  Il donne ainsi raison à toutes réaction hostile, quitte à louer par la suite le respect des dirigeants. Suis-je un provocateur si je me demande comment on peut marcher sur l’eau? Suis-je un provocateur si je doute de la création du monde en 7 jours? Suis-je un provocateur si j’estime que ne pas avoir à représenter une personne ne me concerne absolument pas? Suis-je un provocateur si je pense que la circoncision est un acte de mutilation? ou que bon nombre de préceptes religieux sont là pour assurer une domination patriarcale archaïsante à notre époque?

Encore une fois on a le sempiternel refrain de la religion toujours agressée mais qui jamais, au grand jamais, n’a agressé personne, n’a soumis personne, n’édicte pas des principes agressant les autres…

Un discours bien loin d’être rassurant sur l’état de santé de la laïcité, mais sans nul doute, entre la pommade et le cirage, les représentants religieux seront aptes à saisir quelques beaux morceaux de quantisme intégral pour accentuer leur communautarisation.

———————-

[*] quasiment contenus est une atténuation (on appréciera le style) pour dire qu’elles sont en constante augmentation depuis quelques années, comme le soulignent les recensements

[**]Après la « Privatisation du profit, nationalisation des pertes » nous avons « individualisation des actes, communautarisation des attaques »

La technique des religion est simple. Quand une personne se réclamant de telle religion effectue un acte blâmable (pour ne pas dire pire) au nom de cette même religion: elles en appellent toujours à la responsabilité individuelle de la personne.  Par contre quand une personne est agressée (ou sa tombe profanée), là, la religion de celle-ci devient le motif évident. L’individu s’efface devant l’institution: c’est la religion elle-même qui est attaquée.

Ainsi les individus s’effacent-ils dès leur mort au profit d’institutions les réclamant, quoi que furent leurs croyances personnelles. Quand je vois une tombe profanée, la victime véritable, c’est la famille qui doit subir ça, pas vraiment l’institution religieuse qui recevra tous les égards (mais suivant son rang, comme montré précédemment).

Vous aimerez aussi:

24 comments to Le discours suréaliste de Sarkozy sur le respect des religions

  • Léon

    C’est un discours effectivement insensé, de la bouillie intellectuelle et philosophique, à mettre dans le contexte d’une campagne électorale mal engagée: il serait capable de faire un discours à poil pour avoir le vote des naturistes.

    Mais au-delà de ça, il y a une réflexion à avoir sur la nature des religions. Je vous proposerai bientôt un extrait des nouveaux textes consacrés aux rites islamiques de IDO, qui contient une réflexion qui mes semble fondamentale : beaucoup de gens prônent le respect des religions, même s’ils ne sont pas croyants eux-mêmes, parce qu’ils trouvent dans les religions des aspects nobles à la foi, à la métaphysique et à l’éthique dont elles seraient le support. Mais ce qui caractérise les religions ce n’est nullement cela. Pour ce qui est de l’éthique, on la retrouve partout sous la forme d’une morale humaine universelle aussi bien dans des constructions athées que religieuses, et en ce qui concerne la foi ou la proximité avec le mysticisme, il constitue la base première de presque toutes les expressions artistiques.
    Ce que ce texte dont je vous parle affirme, et cela m’apparaît désormais comme une évidence, c’est que la religion c’est le rite. En d’autres termes le judaisme c’est la circoncision et la cacherout et pas les 10 commandements ou la croyance en un Dieu créateur de l’univers, l’islamisme est le catalogue des interdits et obligations du croyant et pas le paradis près d’Allah et les vierges, et le christianisme n’est pas l’amour du prochain ou la résurrection des morts mais la messe, le cannibalisme symbolique de la communion, les sacrements etc.. C’est cela qui caractérise et singularise les religions.

    • COLRE

      « bouillie intellectuelle » ? tu es bien bon. 😉

      NS est un condensé de sentiments primaires, d’émotions brutes, de passions, d’instinct… Il est religieux comme ma grand-mère ou comme Astérix et sa peur que le « Ciel lui tombe sur la tête ».
      Il a peur du prêtre, l’admire et le craint, tandis qu’il méprise l’instituteur, laÏc, fonctionnaire, profane (discours de Latran).
      il a peur de la mort et de dieu qui juge son amour du matérialisme clinquant et de l’argent, alors il se repent, achète qques bienveillances de purgatoire, et s’affole du manque de « sens », et pense le trouver dans ses dévotions, dans ses appels à la puissance des religieux, dans sa soumission à leur ordre moral.

      Une personnalité archaïque, infantile, apeurée, violente…

      À se demander si, désormais, Guaino ne s’est pas sarkoïsé jusqu’à la moelle en lui écrivant des déclarations taillées à la mesure de l’idéologie vulgaire de son maître !

  • D. Furtif

    Moi vous savez le journalisme………..
    N’empêche qu’il y a des trucs rigolos.
    Normalement le Prince qui nous gouverne est en état de péché mortel, il est même récidiviste.
    Ça gêne pas , il est reçu au Vatican en grand tralala et nommé « Nicolas Sarkozy, chanoine honoraire de la basilique St-Jean de Latran à Rome »
    .
    Je veux bien mais zalors , de Henry VIII on fait quoi?
    .
    J’en ai marre de ces petits arrangements accordés aux puissants de ce monde et des excommunications aux malheureuses victimes de viol ou d’inceste ou même quelques fois des deux à la fois…
    .
    Ahhh rendez nous Clement VII

  • COLRE

    Tu as levé un beau lièvre avec ce discours…

    Il est une belle signature de la religiosité de Sarko que, personnellement, j’attribue davantage à sa personnalité qu’à une simple propagande électoraliste.

    Ce type est imprégné de dévotion mystique, et sa place n’est pas à la présidence d’un pays laïc, d’une république dont le mythe fondateur est la Révolution et qui a conçu cette dernière étape révolutionnaire qu’est la loi de 1905.

    Derrière son double langage que tu déchiffres très bien, il vient exprimer, en réalité ses bondieuseries et ses courbettes aux religieux…
    Il a un côté petit garçon effrayé par la puissance divine et qui fait allégeance.
    Pb : c’est « nous » qu’il représente…

  • Buster

    Banalement affligeant mais sans aucun doute électoralement indispensable.
    Sans revenir sur le style et les intentions réelles ou supposées de Sarko, bien analysées par Lapa, Le principe même de ces voeux aux autorités religieuses appelle un exercice d’une extrême prudence diplomatique en donnant à chacun ce que l’on croit qu’il souhaite entendre.
    1 Mélenchon à la même place ne serait-il pas contraint de mettre un peu d’eau bénite dans sa laïcité ? Sinon pourrait-il jamais être élu à ce poste ?
    1 Aubry ferait-elle mieux ?
    1 MLP afficherait-elle une préférence pour 1 culte sur les 6 représentés… et représentant bon nombre d’électeurs ?
    L’élection au suffrage universel du président oblige le titulaire à louvoyer. Ses convictions, pour peu qu’il en ait (et celles de Sarko sont pour moi une inconnue totale), sont à mettre dans sa poche. Le discours se doit d’être consensuel et mou avec le rappel aux sacro-saintes valeurs d’égalité et de neutralité. Une laïcité molle, réélection souhaitée oblige.

    Hollande sera certainement parfait dans cet exercice de grand écart diplomatique.

    • Lapa

      En grosse partie d’accord avec toi notamment sur l’aspect consensuel mou.
      Il y a néanmoins trois points qui me laissent perplexes:

      la discrimination sur les actes de profanation
      la très large interprétation qu’on peut attendre du « droit à exercer un culte », dans ce contexte. (ce n’est pas à la République de fournir des lieux de prières mais aux autorités religieuses de s’assurer de ça). Bientôt le droit au culte opposable?
      l’utilisation exclusive du terme provocation pour définir la critique religieuse. (et les prières dans les rues, c’était pas de la provocation par exemple?)

      tout cela en faisant mine que la République avait grand besoin des discours religieux, mais sans opposer la contrepartie que le discours religieux avait également grand besoin d’intégrer les lois républicaines et que la religion n’est pas une exception au droit.

      Je ne sais pas comment auraient réagi les autres candidats (pour certains je ne me fais pas d’illusion), mais il me semble qu’il manque beaucoup de contrepartie et de prise de distance.

      • D. Furtif

        Bien vu Lapa
        Il y a un distinguo entre le droit à exercer un culte et ….les moyens d’exercer ce culte.

        .
        Dans le même esprit
        J’ai le droit de jouer à la pétanque
        Ce n’est pas à la collectivité nationale de payer les boules
        .
        C’est toujours la même histoire : La Loi de 1901 sur la liberté d’association n’est pas assimilable aux associations reconnues d’utilité publique.
        .
        Pour ma part , les congrégations religieuses, quelles qu’elles soient, sont toutes pernicieuses et nuisibles à la République.
        Je sais qu’une fois encore on va taxer cette affirmation d’ultra et de perturbation de la paix sociale…
        Je m’en flatte.

        • Buster

          Furtif,
          Je suis navré de te le dire aussi brutalement, mais, fais bien attention, si tu continues comme ça tu ne pourras jamais être élu Prez. Je te rappelle qu’il te faut réunir + de 50% au second tour et que toutes les voix sont bonnes à prendre, y compris les Témoins de Jéhova, les raéliens…. et les joueurs de pétanque (mais pour eux la cérémonie des voeux est laissée au ministre des sports)

          Lapa,
          Parfaitement en phase avec tes remarques sur CE discours particulièrement.
          Mais je me plaçais dans l’exercice général des voeux (obligatoires) aux autorités religieuses. Un semblant de déférence à montrer de la part du tenant provisoire de l’autorité civile aux Hautes Autorités Religieuses, « toutes marques confondues », en un seul et même respect pour leur saint humanisme et leurs grandes valeurs morales.
          Faut savoir mettre de l’huile dans les rouages, ça ne coûte rien (sinon piétiner délicatement quelques principes) et cela stabilise la délicieuse hypocrisie de notre république laïque (mais pas trop).

          • D. Furtif

            Bof….le président de la République est une institution ad hoc inventée par le parti de l’ordre de la deuxième République avec la complicité du benêt Lamartine.Elle a conduit directement au coup d’état du Prince Président soutenu à fond par l’Église catholique. Elle fut reprise par la chambre royaliste de la première assemblée de la 3è République ; l’incompétence politique de Mac Mahon et les illusions capricieuses du Comte Chambord firent le reste.L’amendement Wallon voulait dire beaucoup.

            .
            En revanche les mandats auxquels j’aspire et que j’ai accomplis , sont ceux de la démocratie syndicale.Ils exigeaient un niveau de compétences et de dévouement matériel qui n’a rien à voir avec l’autoproclamation « de gauche » courante à la galerie marchande comme à la Mosquée.
            .
            Pour finir
            .
            Bien que je sois sensible à ton appel masqué, je ne pense pas pouvoir , pour raisons de santé bien sûr, entreprendre la collecte des 500 signatures ni me présenter à ce scrutin là.
            En revanche je suis toujours partant pour le titre de meilleur pique Assiette, les manœuvres de Léon n’y pourront rien, je sais que vous m’élirez.J’ai des références . J’ai déjà deux signatures.

  • Léon

    Très franchement, Buster, un prochain Président de la République Française s’honorerait à supprimer ces voeux aux autorités religieuses qui ne sont qu’une tradition ( remontant à quand d’ailleurs ? )et non une obligation constitutionnelle quelconque.
    Je ne suis pas devin, et en plus il m’étonnerait que l’on puisse le vérifier un jour, mais je suis persuadé que Mélanchon les aurait supprimés. Ils se heurtent de toutes façons à la question de la définition de religions et à leur représentation. Un seul représentant pour toutes les églises protestantes, par exemple, semble-t-il, mais deux pour la religion juive : le président du consistoire et le grand rabbin de France ? ( d’autant que ça renaude au consistoire...)

    • Buster

      Voeux….
      Obligatoires ? (oui car traditionnels)
      Le problème c’est que Mélenchon n’arriverait jamais à la « fonction suprême » en se mettant à dos l’ensemble des religions, de leurs représentants et de la masse des fidèles assoiffés de reconnaissance et de considération officielle. Sinon les prêches du vendredi ou du dimanche sauraient le remettre dans de meilleures dispositions.
      Alors penser qu’il supprimerait le principe des voeux ne se pose pas puisque sa position laïque revendiquée (parmi d’autres choses) lui en interdit l’accès.

  • Léon

    Furtif : eh, l’autre eh, et mon droit aux boules opposable ?

  • COLRE

    tu as raison, Lapa, ce discours est à déchiffrer de A à Z.
    Il y a d’autres passages ahurissants dans la bouche d’un président de la république française laïque…

    « C’est pour cette raison que j’ai la conviction que ce que vous avez à dire de la vie, de l’amour, de l’argent, de la science, de la mort intéresse tous ceux qui, croyants ou non-croyants, cherchent à donner du sens à leur vie et à leur action. »
    … comme si le sens à la vie devait forcément être trouvé dans la parole religieuse.

    Et ça : pire encore :
    « Ainsi, comment imaginer qu’avec la profonde expérience des sentiments humains qui est la vôtre, ce que vous pensez de la famille ne puisse pas parler à la société toute entière. »

    « de la famille » !… 😯 allons en effet puiser nos références dans la morale de la famille, du couple et de la place de la femme, du rôle des fils et du mariage des filles, dans la tradition islamique ou loubavitch…

    • D. Furtif

      Tout à fait Colre , pouvoir trouver une expérience du couple dans les compétences d’un prêtre , faut avoir une notion très approximative du sien propre .

  • COLRE

    😉 oui, furtif… J’ai du mal à croire que ces phrases souvent d’une très grande naïveté, presque une récitation enfantine, ne soit pas adaptée aux convictions personnelles de NS… C’est pour ça que je pense que Guaino est rentré dans la peau du président…
    Regarde sa définition de la laïcité, ne trouves-tu pas qu’on est à un niveau d’inculture et de médiocrité assez étonnante ? est-ce volontaire ? quel intérêt ?

    « Une société laïque, c’est une société qui a décidé de séparer les églises de l’État pour que d’un côté, l’État n’ait pas à rendre compte de ses choix aux églises et pour que de l’autre les églises ne dépendent pas de l’État pour vivre et s’organiser. Voilà la laïcité, la République laïque. »

    C’est un peu du « mon papa il est gendarme »…

    • D. Furtif

      Exactement
      Il s’exprime comme il bouge, avec des tics,( brusques et inappropriés) il a les neurones aussi limités et aussi peu contrôlés que les biceps…alors alors …il ne déplace que des charges mentales à sa mesure

  • Causette

    Nous l’avons vu avec l’affaire du voile intégral quand une infime minorité a tenté d’identifier avec le message de l’Islam une coutume récente, incompatible avec les valeurs de notre pays, avec la conception que nous nous faisons – et c’est bien notre droit ! – de la dignité de la femme. Une coutume qui, de l’avis de tous les théologiens, n’a rien d’un dogme.

    Parler de dignité des femmes devant cette assemblée de culs-bénis faut le faire! car s’il y a bien un truc qui les rassemblent tous c’est leur mépris des femmes. Deux/trois extraits de leurs délires

    « Femmes, soyez tout dévouement pour vos maris comme il convient à des personnes unies au Seigneur ».

    « C’est pourquoi la femme doit avoir la tête couverte, signe de sa dépendance par respect des messagers de Dieu ».

    « Si vous craignez d’être injustes envers les orphelins, n’épousez que peu de femmes, deux, trois ou quatre parmi celles qui vous auront plu. »

    « Je ne permets pas à la femme d’enseigner, ni de faire la loi à l’homme, qu’elle se tienne tranquille. C’est Adam en effet qui fut formé le premier, Eve ensuite. Et ce n’est pas Adam qui se laissa séduire, mais la femme qui séduite, a désobéi. ».

    « Néanmoins, elle sera sauvée par la maternité »

    etc etc

    • D. Furtif

      Une fois de plus Causette , tu refuses de voir tout les bienfaits de la religion quelle qu’elle soit.Tu ne vois pas comme les perspicaces et pénétrants athées quantiques tous les bienfaits de ce patrimoine d’archaïsme et d’obscurantisme.
      Tu es aveugle au distinguo subtil des docteurs de l’athéisme quantique entre la paix sociale un temps revendiquée puis lâchement abandonnée au profit d’une nouvelle grimace appelée paix publique.
      Ne serais-tu pas une irréductible ULTRA, insensible à la permanence des faits et des choses parce que pour eux tout va bien , il n’y a vraiment aucune raison que rien de tout cela change.
      Le voile la burka les viols et les égorgements sur les trottoirs tout va bien

  • docdory

    Bonjour à tous
    Une République moderne et appliquant la loi de 1905 ferait disparaître, au nom de cette loi, cette absurde cérémonie des « voeux aux autorités religieuses » .
    Article 2 de la loi de 1905 : « la République ne reconnaît, ne salarie et ne subventionne aucun culte ».
    En faisant des « voeux aux autorités religieuses », non seulement la République reconnaît certains cultes parmi une multitude qu’elle ne reconnaît pas ( ou en tous cas qu’elle n’invite pas à cette cérémonie ) , mais reconnaît un statut d’autorité aux représentants de cet échantillon de cultes.
    Question : qui décide des religions présentes et des religions absentes lors de cette cérémonie ? Ne s’agit-il pas déjà d’une scandaleuse prise de position de la République, qui , par ce procédé donne un statut semi-officiel à certains cultes alors que d’autres n’en auront aucun ?
    Aucun culte n’est reconnu par la République, mais certains sont moins reconnus que d’autres, dirait-on…

    • D. Furtif

      Incontestable Doc sauf par les tenants de la paix sociale rebaptisée paix publique qui attend que certaines charlataneries soient plus égales que d’autres.
      Au dernières nouvelles , les mêmes jugent excessives des lois de la République plus que centenaires . Il conviendrait selon eux d’attendre une situation plus opportune pour les appliquer. C’est dire leur attachement au progrès et à l’amélioration de la condition humaine.

      .
      Il faut dire que selon les mêmes , tous les asservissements liés à tous les archaïsmes sont d’office respectables...
      Ce serait faire de l’Européo centrisme de dire que les sociétés archaïques ou esclavagistes ne sont en rien des modèles valides ni souhaitables
      Aux dernières nouvelles ,selon eux, il y aurait du nazisme à combattre toutes les soumissions, et de l’esprit de gauche bien pensant dans leur défense et leur élévation au rang de «  Toutes les sociétés sont respectables » citation prise dans le texte et respectueusement conservée

      • Causette

        Les « autorités religieuses » ont tout intérêt à ce que le communautarisme perdure puisque c’est une source de revenus.

        Avez-vous une idée de ce que coûte à l’Etat et aux communes toutes ces religions ❓

      • Léon

        Il y a mieux Furtif : les mêmes cherchent à se déculpabiliser d’un racisme bien réel et autrement plus authentique que celui dont ils accusent les islamophobes qui, ne rejettent que la religion et la culture qui y est attachée. Car ce sont eux, ceux de la gauche quantique, qui essentialisent les musulmans dans une incapacité de liberté intellectuelle, d’esprit critique, les considérant comme incapables d’accéder à la raison, à la démocratie ou à l’intelligence. Selon eux, l’islam c’est, au fond, bien assez bon pour ces primitifs stupides. Et le tour de passe-passe pour ne pas avouer cette ignominie intellectuelle implicite est de soutenir que toutes les cultures se valent ou sont également respectables. Il arrive même qu’ils aient des raisons personnelles de valoriser une culture de la soumission, celle des femmes notamment.
        C’est un peu comme ces conversions à l’islam pour pouvoir bénéficier de la polygamie.

  • yohan

    Je me conseille d’éteindre mon bouzin à 3 mois d’une élection présidentielle. Toutes ces conneries débitées par les uns et les autres me grignotent les nerfs à petit feu. Déjà, je sens que je suis précocement entamé. Les couteaux et la connerie volent déjà bas et comme d’hab, c’est noszigues qui vont morfler 🙄